Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Vèbre Chemins Faisant
  • Vèbre Chemins Faisant
  • : Vie et Mémoire de Vèbre en Ariège, richesse culturelle et patrimoine de ce charmant petit village de la haute Ariège où il fait bon vivre
  • Contact

Recherche

Vèbre - Toutes Vos Infos

11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 21:12

Chemin de Caychax et autres

P1170314

 


Chemins de Caychax

Le 19 mai nous avons commencé à rouvrir le chemin de Caychax. La terre éboulée en  recouvrait le début et les pruneliers noirs obstruaient totalement le reste du chemin remplacés en amont par les aubépines puis les cormiers sanguins. 

Un peu d’histoire

Nos chemins n’allaient  pas bien. Le 1er Avril 1830 le maire prend un arrête.

La municipalité demande que les chemins vicinaux soient élargis et que deux experts déterminent la part que doivent céder les riverains.

Ces riverains font tomber des pierres, cailloux et rocaille sur les chemins  ce qui exhausse le sol et fait tomber les murailles; Ils stockent des déblais  et détritus, sur les bords des champs, qui retombent sur toute la longueur des murailles. Les charrettes tombent des chemins et les fardeaux versent.

Le maire en vertu de ses pouvoirs de police interdit de jeter des pierres et cailloux sur les chemins et de déposer des tas de pierre sur le bord des champs en amont du chemin, sur lequel ils devront tomber tôt ou tard.

Les propriétaires ont trois jours pour enlever les pierres tombées, passé ce délai les officiers municipaux les enlèveront et factureront le travail aux contrevenants.

Age heureux où le village employait des employés communaux et où il y avait du monde au village , sans oublier le Garde Champêtre et son tambour.

Sous les comtes les riverains devaient entretenir la partie du chemin qui longeait leur parcelle, si cela n'était pas fait ils avaient une contravention.

Le 24 mai 1832 le conseil délibère.

 Selon la loi du 9 ventôse an 13 il appartient à l'autorité administrative de fixer la largeur des chemins qui sont classés selon les communes. Le conseil charge le maire de demander au préfet qu'il lui plaise de fixer par un arrêté la largeur des chemins qui doivent être élargi d'après le rapport des préposés lesquels désigneront les riverains qui doivent fournir le terrain  qu'ils sont censés avoir usurpé, pour avoir une largeur de 6 mètres. Il doit s'agir là du chemin de Vèbre à Urs.

La demande concerne  les chemins de Vèbre à Albies  de la montagne et de  Vèbre à Caychax.

La largeur des chemins ruraux étaient fixée à 1,5 m.

Les journées de prestations ne concernaient que l’entretien des chemins vicinaux et du pont. Les chemins ruraux étaient entretenus par les riverains.

En 1861 l’empereur accorde 2 millions de francs de crédits  pour les communes pour qu’elles entretiennent les chemins.

 Le 7 mars 1886 Le maire dépose les pièces du chemin d’ Albiés à Caychax ainsi que le registre d’enquête sur lequel ont été reçues les doléances, observations et réclamations des propriétaires de la commune de Vèbre.

« Le classement de ce chemin est inutile à la commune de Vèbre ; même s’il lui serait utile ses ressources ne lui permettrait nullement de participer, en aucune sorte, aux dépenses qu’entrainerait la construction après le classement. Les dépositions des contribuables vont toutes dans ce sens. »

Le conseil ne s’oppose pas au classement mais au payement de la part pour la quelle la commune de Vèbre pourrait être imposée en vue de la construction du dit chemin.

  Délibération du 29 septembre 1896 En vertu de la loi du 20 août 1891 la commune doit procéder à la reconnaissance du chemin de  l’église jusqu’aux confins d’Appy .Mr Gleyse  agent voyer est chargé du travail jusqu’à la limite de Caychax, cout de son indemnité 40f. Le chemin doit être élargi devant la fontaine de carol Cout 200 f.

 L’entretien du chemin sur toute sa longueur a couté bien plus cher.


Son Profil d’après le site « cadastre ».

De Carol à Bouicharas il  sépare le quartier La Vigne en aval (prairie cultivée) et Argelies en amont la pente est peu prononcée longueur 142m. Arrivé au bout de la prairie de Monika il grimpe gaiement sur 90mentre Bouicharas en aval et Argelies en amont ensuite il arrive sur les pentes rocailleuses d’Aspis, 128m. Il débouche sur le plateau d’Aspis à 700m d’altitude. De là vous pouvez descendre à travers les anciens champs vers Albiés vers les Graous et Peirefiere. Sur le plateau d’ Aspis le chemin bordé de pierre dressée se dirige au nord sur 84m puis après avoir laissé à droite le chemin de Campoumarel il est tracé à flanc de pente sur 240m et se dirige vers l’ouest pour retrouver un sol plan au Pas du Faoure altitude 730m environ. De là au chemin de Campoumarel184m.-Le passage se fait sur des prairies seiches pacagées, entre quelques genévriers et buis et en longeant le chemin depuis longtemps abandonné  tracé au pied de murailles en partie éboulées. La pente est douce Il rejoint le chemin d’Albies à 219 m de ce dernier point entre720à 710m d’altitude. En aval il est dans Albies et en amont dans Vèbre. De carol à Aspis 360m et de carol au chemin d’Albies 1100m environ

La promenade est agréable la dernière partie demande peu d’entretien.

Dans la partie où il sépare Aspis du Pas d’el Faoure le chemin est totalement recouvert de terre Il y aura du travail pour le niveler, par contre à cet endroit il est aussi pelé que le mont Chauve.

Dans la partie basse entre carol et le haut de Bouicharas Il  a été débroussaillé par l’auteur de ces lignes, environ 25 heures de travail il reste à l’ouvrir sur le haut de Bouicharas  sur une vingtaine de mètres en coupant les cormiers puis jusque sous la pente d’aspis à la débrousailleuse, soit approximativement 130met une bonne quinzaine d’heures que je prévoie d’effectuer par petites tranches en fin d’après midi cet été ; toutes les bonnes volontés qui voudront m’aider sont admises. Les horaires seront affichés sur le tableau de l’association.

Le 19 mai  nous nous sommes retrouvés pour llui insufler une nouvelle vie.

  Sur les 61 premiers mètres nous l’avons nivelé et fini de le débroussailler Jean avait coupé les pruniers et aubépines du talus jusqu’à la muraille. La largeur adoptée par Robert est une longueur de manche de pioche. Sur cette première tranche le chemin n’existait plus les éboulis le recouvraient. Nous étions une dizaine pour effectuer cette tâchel en une matinée bien ensoleillée. Il reste encore beaucoup de travail pour le rouvrir correctement.

 Au-delà le chemin bien que non reprofilé est praticable.

Comme il n’est pas ouvert en amont arrivé à Bouicharas le passage se fait  dans l’ancienne vigne de jean Lafaille en empruntant le « pas » bien dégagé par les moutons. Puis dirigez vous à gauche vers la falaise en bout de champ (en friche) et empruntez le passage des moutons, bien tracé par ces derniers,  qui se trouve sous la falaise. Vous débouchez en bas du plateau d’Aspis (voir photo). 

 

Coté Montagne  notre association à fait des émules

Gérard S. à nettoyé avec le tracteur la piste forestière basse. De sa métairie 800md’altitude  aux granges de Coustaourio 830mcomptez 15 à 20 mn de marche. ; Cet une excellente chose, maintenant ces bois où presque toutes les  anciennes familles de Vèbre, habitant ou pas le village, ont des parcelles  sont accessibles. En bout de piste se trouve la métairie de Dandine et en contrebas en bordure du ruisseau celle de Cassé( gendre de Dandine)construite pendant la guerre de 14. Entre la métairie et la montagne se trouve des anciennes pâtures, maintenant boisées, elles forment un passage aisé qui donne accès à cet endroit au ruisseau de la Gargante, Au dessus se trouve une source mentionné sur le vieux plan car cet un point limite avec Albies. Ces bois sont clos côté chemin par la métairie d’un coté et par des murailles au dessus de celle-ci aussi il  faudra dégager un passage pour pouvoir accéder au bord du ruisseau et à la source. 

La piste se termine sur le chemin du castagné au Fillol. Ce chemin en amont est bordé de pierres c’est la Tire Droite.

 Un chemin balisé par les chasseurs en rouge et en  bleu s’enfonce à l’horizontale dans les bois. Il part dans le virage en bas de la tire. Il rejoignait autrefois plus haut le chemin de Labarthe. C’est ce chemin qui est mentionné sur la carte IGM.

 

La tire droite comme son nom l’indique grimpe droit jusqu’aux quatre chemins au niveau des traverses du Fillol à 1100m d'altitude. Sur la gauche on voit une belle métairie aux murs en schiste appartenant soit à la famille Marfaing soit construite sur le communal ? il faudra mesurer. Un peu plus haut ver 880- 890m la tire  se sépare du chemin de Labarthe mais cet embranchement n’est plus visible. La tire à un gisement de 155 grades et le chemin de 213grades.

 

La tire, peu visible de nos jours,   passe à la cote 960m en bordure d’une vieille métairie cachée sous les houx sur le coté droit (dans le communal) puis en haut d’une clairière où se trouve d’anciens champs elle longe la métairie d’Alazet dit Tignacat à 1000 m d’altitude. Sur la gauche vous allez vers Bordes et ses fougères, sur la droite à l’horizontale en sous bois vous arrivez sur le haut du chemin de Labarthe. Après la grange la pente reprend de plus belle à 1050m vous débouchez sur le Sarat de Lalègre aux magnifiques champs de fougères. Le chemin se continue enligne droite et en grimpant un peu moins jusqu’aux 4 chemins1100m d’altitude.  A noter qu’en arrivant en bordure du plateau si vous prenez  à gauche dans les fougères et en restant au même niveau vous trouvez rapidement à la métairie de Caralp à Lacapelle toute proche du chemin du Fillol. Elle est mentionnée sur la carte. Ce raccourci évite de monter plus  haut si vous faites un circuit.  Sur le plateau en bordure du Chemin vous trouverez  de  beaux freines orne (freine à fleur) que j’ai eu la chance de voir couvert de bouquets blanc au mois de mai.  En face de ces freine et à droite du chemin il reste quelques pans de mur d’une ancienne métairie.

 

Le chemin de Labarthe après sa séparation avec la tire continue à grimper vers 900m une flèche verte à gauche indique le passage à prendre pour remonter la tire que je viens de décrire.  Arrivé vers 980m environ la végétation ferme le haut du chemin et un passage bien marqué quitte le chemin bordé de pierre pour prendre dans les bois. Peu après il débouche dans une clairière où se trouve une ancienne parcelle autrefois cultivée  et couverte de fougères,  un  peu plus loin vous arrivez à la Fount pousouillouse qui donne son nom à ce secteur. Elle est indiquée sur la carte. Cette source fort bonne sort de terre au ras du sol aussi un gobelet ou un car sont utiles pour puiser. Le chemin continue jusqu’au vieux bois de hêtre. En remontant la pente plein Est (3h d’angle) vous arrivez au Sarrat de Lalègre, en prenant plus à droite à 4h d’angle vous tomberez aux 4 chemins, sous5h d’angle vous arrivez au col du fillol. Pour atteindre la fontaine du Fillol remontez plein sud, en prenant vers l’ouest vous allez dans le haut de Labarthe d’Albies. L’extrémité du chemin décrit se terminait il ya trente ans à peine dans les anciennes pâtures couvertes de fougères. Une muraille le soutenait et en dessous se trouvait une vieille métairie. De nos jours la forêt à tout recouvert.J’ai raté cette grange lors de mes deux  dernières explorations, aussi j’envisage d’en faire une troisième pour la retrouver  ouvrir l’extrémité du chemin et de là le baliser jusqu’au Sarrat car il est très facile de s’égarer en ces lieux par temps de brouillard.

Un dernier point la pente de ses chemins est proche de la pente d’équilibre. 

Piste Haute

Je l’ai balisée à l’aide de bande de chantier blanche et rouge de la métairie de Léal à sa jonction avec la piste basse. De la métairie de Soula la piste descend en sous bois de châtaigner mais elle est obstruée à trois endrois par des arbres mis à terre par les tempêtes. Sa jonction peu visible avec la piste basse est balisée par deux arbres entourés de bandes rouge et blanche.

Le chemin de Lagréou, partie basse, et celui de Borde jusqu’à la métairie de Soula en bordure de piste haute sont à parcourir pour voir leur état.

 

Coté des Foyres

Gérard , jeannot Jean Marc G de Luzenac et une autre personne ont nettoyé le chemin  qui va du grand virage, en bordure du ruisseau sur le chemin de la vallée, à la grosse roche au dessus des Foyres. De la métairie des foyres vous pouvez revenir au point de départ en empruntant le chemin de la crête entre les ruisseaux que nous avions balisé il ya trois ans LeCe chemin ouvert par les chasseurs donne accès à tous les bois du bord du ruisseau à la congère de Gérieys et au chemin des Foyres dont l’extrémités n’est pas loin du Fillol, autrefois très fréquenté.

Coté ruisseau de Labal l’ancien chemin du Ferradou longeait ce ruisseau sur la rive gauche. Des Foyres à Labal il existe encore mais bien qu’abimé par le ruisseau il est possible d’y passer d'après Jean Marc. C’est notre « piste oubliée à nous », pas celle de Joseph Kessel brulée par le soleil dans le Sahara.  à Au delà de Labal  Les éboulements de la montagne l’ont détruit complètement. Nous irons la parcourir   dans l’été.

Au dessus de la conduite forcée de l’EDF le chemin monte vers Mont Redon d’où vous pouvez aller à Gerieys par la crête. Vous pouvez aussi rejoindre le Fillol à travers bois ou descendre vers le haut du chemin des Foyres. Pour ces deux derniers itinéraires il n’y a pas de chemin tracé, la progression se fait à l’estime, à la boussole ou au GPS. Il vaut mieux avoir des chevilles solides et de bonnes chaussures, dépaysement garanti.

  Le passage du chemin, rive gauche,  aux prés de Labal se fait sur la passerelle aménagée sur les conduites forcées de l’EDF.

 Bonnes vacances sur nos chemins

Le castor

Jean- Michel

sortie-sentier-chemin-de-caychax-et-autres sortie-sentier-chemin-de-caychax-et-autres

Repost 0
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 06:31

Vèbre Chemins Faisant – Restauration du chemin du Carrerot et du chemin Las Majos  

010000 Chemins 31 mars 2012 (16)

 

 L’Association Vèbre Chemins Faisant s’est retrouvée le samedi 31 mars afin de restaurer le chemin du Carrerot qui part de Carol pour rejoindre le cimetière du village ainsi que le chemin «Las Majos » qui relie Vèbre à URS

Les conditions météorologiques étaient parfaites et nous avons bénéficié d’une matinée fort ensoleillée, comme c’est souvent le cas au village …

Seuls les agriculteurs se plaignent car il y a un déficit pluviométrique assez défavorable pour leurs cultures.

001000 Chemins 31 mars 2012 (8)

001111 Chemins 31 mars 2012 (15)

001010 Chemins 31 mars 2012 (10)

Nous étions donc une douzaine à savoir l’infatigable Jean-Michel ….Surtout depuis qu’il a retrouvé l’usage de ses deux jambes, ainsi qu’une forte présence féminine, à savoir:

Françoise, Jacqueline, Lulu notre Présidente, Marie Pierre, auxquelles se joindront deux nouvelles adhérentes, Annick et Christiane pour le plus grand plaisir de tous.

Il y avait tout de même quelques hommes, Antoine, Jean-Michel, Robert et Henri votre serviteur.

Se joindront au groupe en fin de parcours, Anne-Marie et Bertrand qui arrivaient juste de leur contrée toulousaine

Dès 9h10, le groupe était sur le chemin du Carrerot au départ de Carol.

Robert à la débrousailleuse, les autres munis de cisailles, scies, sécateurs divers et bien d’autres outils tranchants s’attaquèrent au chemin avec ardeur et bonne humeur

Nous avons retrouvé des chemins en relatif bon état ; un état qui laisse  à penser que les gens utilisent ces chemins occasionnellement et les débarrassent ainsi de ces ronces et herbes vivaces si nocives pour nos chemins.

Il est vrai que Jean-Michel était déjà passé les jours précédents et avait bien préparé le terrain….

Le chemin du Carrerot terminé, ce fut au tour du  chemin «Las Majos».

011001 Chemins 31 mars 2012 (29)

011100 Chemins 31 mars 2012 (32)

 

 

 

 

Le bon état préalable du chemin nous permit de terminer son entretien relativement tôt.

Ces chemins sont donc praticables et accessibles par tous les habitant de sept à quatre vint dix sept ans

Tout le monde était trempe de sueur…..mais content….

Il est vrai que la soif et la fatigue nous attiraient en ces lieux où l’on pouvait se desaltérer et se restaurer….….Et comme bien souvent, nous nous sommes retrouvés chez Marie Pierre… et son époux Robert….

0111101 Apres l effort...100010 Apres l effort... (5)

Chacun des participants avait apporté sa contribution culinaire et le repas se terminera à près de 16h00

Redonner tout son sens à la fête ….sous ses formes les plus variées….tel est l’un des buts de notre association.

La fête ce n’est pas uniquement la musique, la danse, voire les fêtes traditionnelles ; C’est aussi profiter de tous ces précieux instants où l’on peut se rencontrer pour vivre ensemble, échanger ces propos amicaux, ces blagues qui font toujours rire et qui sont le liant de l’Amitié….! .....Le rire, c’est certain est un gage de réussite dans la vie….

A table ...ce fut ensuite le réconfort… Les repas servis chez Marie Pierre sont toujours mémorables ….

100000 Apres l effort... (3)

011110 Apres l effort... (1)

Un Merci à tous les participants qui ont permis un bon déroulement de la journée.

Jean-Michel vous rappelle qu’en mai prochain nous procèderont à la restauration et au balisage du chemin de Caychax et rappelle tous les intéressés de se tenir mobilisés pour cette journée qui fera l’objet d’une information ultérieure.

Ce Blog est un premier jet relatif à la première sortie de l’année

Le texte est amendable à tout moment…Votre serviteur reste à votre disposition

J’en profite pour faire appel à tous les lecteurs du Blog pour leur demander, autant que faire se peut, de rassembler les anecdotes et les documents, relatifs à l’histoire du village de Vèbre, afin de faire connaître à l’ensemble de tous l’histoire de notre si charmant village pour le plus grand plaisir de tous.

Vous trouverez l’album des photos de cette journée…..Pour y accéder, cliquez ici:

Amicalement,

Le Castor

Repost 0
12 septembre 2011 1 12 /09 /septembre /2011 18:26

DE GERIEYS A COURTALGELAT

 

C 00 853

 La vallée de Courtalgelat sous le Plateau de Beille draine la presque totalité de la montagne de Lassur Urs et Vèbre.

Le ruisseau de Courtal gélat prend sa source à la font de Beille d’en bas. Cette source se situe sur la limite des communes de Lassur et Luzenac, le pacage du plateau de Beille cadastré sur Luzenac appartient aux troupeaux de Vèbre Urs et Lassur.   L’ancienne cabane de Courtalgelat de haut n’existe plus à son emplacement le chalet a tété construit

avec les pierres de l’ôrri.

 

Situation des lieux

         La photo ci-dessus représente ce quartier qui était affecté l’été à la bergerie. Ce terme désignait alors le troupeau de brebis de lait et les fromages étaient préparés dans les cabanes de pierres seiches. Les propriétaires allaient à tour de rôle récupérer aussi  le fumier et le redescendait dans la vallée. C’était le tour d’eicher. Je tiens cette information des sœur Bonrepaux de la Remise qui avaient connu ce temps là. Mon oncle François qui avait connut les örris du Vicdessos en activités me disait que l’on sentait les fromages de loin et les mouches ne faisait pas défaut. Le mot courtal désigne la bergerie et ôrri la naissance d’un ruisseau et par extension la cabane construite à proximité.

         Par le passé le passage par Courtalgélat était souvent utilisé. La montée à Beille d’en bas et Beille d’en haut avec les chevaux (6h) se faisait de préférence par le Débés. Les chevaux n’aiment pas trop marcher dans les tarties (chaos de gros bloc ou éboulis rocheux).

La photographie représente au premier plan la jasse de Gérieys en dessous Coume obsure (combe obscure), derrière la crête c’est le haut du bois de Majosec ou Fajo sec ( fach, fajas =hêtre). Dans la cassure de la crête le débouché du ruisseau au dessus du pont du Ferradou et  à gauche sous les bois dans  l’ombre les Tarties, en remontant le ruisseau Courtalgélat bas qui reçoit le ruisseau de LLégunes sous Fajosec. Plus haut Courtalgélat haut avec à gauche le petit plateau de Lestagnole et le bois de Courtezio et au dessus Dedort, en haut de la vallée Beille d’en bas.

Toutes ces vallées sont des zones humides (voir la flore du plateau de beille) les bruyères et myrtilles abondent il s’y trouvent aussi quelques rares pieds de groseillier rouge (ribes rubrum) aux fruits, en gappe pendantes, délicieux.

Avec la route qui dessert le plateau les chemins de ces quartiers semblent oubliés et  peu fréquentés ils sont pourtant agréables.

Il y an a trois ce qui permet de faire un circuit

Le premier relie Gérieys à Courtal gélat bas en passant par le bois de Fajosec.

 Le deuxième est celui qui arrive du Ferradou et va jusqu’à Beille d’en bas.

Le troisième vient de Dédort passe par Courtalgélat haut traverse le ruisseau de Llégunes sous Gérieys  et remonte vers Gérieys dans cette partie il arrive sur une prairie  peu boisée et il se divise, une branche passe à coté de la cabane en pierre qui domine le vallon  c’est celui qui est porté sur la carte IGN et l’autre utilisé par les animaux se dirige plus à droite, ils rejoignent la route de Gérieys à l’orée du bois en haut de la ligne droite qui va à la cabane.

J’ai balisé en jaune cet été le chemin qui va de Courtalgélat bas à Courtalgélat haut et de ce point à Gérieys. Le passage qui va de la route à l’orée du bois au dessus  du ruisseau de LLégune sera à marquer un peu mieux l’an prochain ; cela pourrait faire l’objet d’une sortie sur le terrain accessible à tous le terrain n’est pas difficile, du ruisseau à la cabane de pierre 50m de dénivelé.

 

De Gérieys à Courtalgélat bas

         La zone qui se trouve sous la route de Gérieys en bout du plateau et sous les bois s’appelle les Gourgues. Les sols secs alternent avec les sols boueux, à l’est l’eau s’écoule vers Coume obsucre en se dirigent vers le sud vous arrivez sur un de petit dôme  un peu plus sur élevé que le terrain environnant à gauche (Est) de ce dôme commence la crête de Fajosec elle se hérisse de genévriers et de  pins,  après quelques roches granitique au milieu de fougères la pente s’accentue rapidement des deux côtés, versant Coume obscuro (Nord) le terrain est accidenté et la végétation broussailleuse, à droite (Sud ) un bois de beaux hêtres au sol couvert de pelouse fine à faire pâlir un anglais de jalousie. Les chemins partent en haut du bois sous la ligne de crête et un autre un peu plus bas. Ils traversent le bois en biais en longeant la crête, arrivé à 1600m le chemin vire brusquement et descend raide sur Courtal gelat bas. Altitude 1573m. Dans cette dernière partie le bois s’éclaircie pour faire place à des roches qui affleurent aux fougères et aux broussailles.

         Pour cette balade j’ai  voulu voir les abords du ruisseau. Après être descendu droit a travers bois nous sommes arrivés dans la prairie qui borde le ruisseau, photo C09 724 au bout de celle-ci nous avons longé le ruisseau sur ses berges et en sous bois . Lorsque le sous bois s’éclaircit le ruisseau s’enfonce dans le sol nous sommes remontés  sur les terrains qui surplombent à droite le ruisseau. Ce sont des sols humides souvent spongieux qui descendent droit à Courtalgélat bas. En arrivant en bas de la jasse nous trouvons le chemin en lisière de la hêtraie.

En passant dans la prairie puis sur les bords du ruisseau et ensuite sur la rive droite la descente sur Courtalgélat ne présente pas de difficultés, en période de basses eaux ,mais il n’ya pas de chemin . Je retournerais l’an prochain sur les lieux pour voir si on peut passer aisément sur la rive gauche et éviter ainsi les roches de Fajosec.

Photo C02..,C 03…, C04 =courtalgelat bas

 

 De Courtalgélat bas à Courtalgélat haut.

         Le chemin se prend en bas du bois en face de l’entrée de la cabane au dessus d’une résurgence d’eau sortant entre les pierres (Photo C 05 597) se chemin est assez large passe en sous-bois de  hêtres en suivant plus ou moins  la lisière. Il débouche du bois à Courtalgélat haut traverse la zone de genévriers et arrive derrière le chalet. Pour aller à Dédort et à Beille d’en bas prendre à gauche pour attraper la piste.

Pour revenir sur Gérieys descendre à droite traverser le ruisseau et attraper le chemin au pied des roches dans les tarties (photo C 07 625). En bas comme en haut bien que l’eau ne fasse pas défaut je ne sais pas où se trouvent les fontaines, elles se sont probablement ensablées. Au cours de cette partie du trajet nous avons pu observer une grenouille rousse, de la gentiane bleue et des très beaux  œillets deltoïdes.Autrefois courtalgélat était réputé pour ses grenouilles. 

Photo C 05 cèpe et grenouille. Photo C 06… courtalgélat haut 

 

Retour sur Gérieys

Le chemin part rive gauche du ruisseau au niveau des tarties. Le sol  dans le cahot de roches  est dallé sur une petite distance de gros blocs allongés à-peu-près uniformes posés en travers du chemin et parfaitement jointifs. Un travail simple mais efficace qui a traversé les âges. Quelques rares pieds de groseilliers rouges se trouvent sous le chemin (photo C07 668-C07 670) qui s’enfonce rapidement dans une zone rocheuse et boisée. L’altitude au départ est de 1660m il monte un petit peu en suite suit la courbe de niveau pour passer le ruisseau de LLégunes à 1650m environ. Dans la zone de roche la muraille de soutènement est éboulée sur 6 à 8métres la pente est raide mais le passage existe  il faut faire attention de ne pas glisser ou passer au dessus ans les rhododendrons que j’ai en parti coupés. C’est le seul endroit difficile. Passé les roches vous progressez en sous bois de hêtre. Dans la première partie vous avez un bon point de vue, entre les arbres, sur la vallée et le saint Barthélemy là aussi les myrtilles abondent (photo c 07 …). Le chemin sort du bois  coté Llegunes et descend dans un terrain spongieux (photo C07 727 et C 07 728) au bas de la pente coupez en biais dans les broussailles et à main gauche puis descendez le talus qui rejoint le ruisseau (photo C 07 726), passez le ruisseau sur le gué  fait  roches plates (  C08…). Passé le ruisseau traversez la prairie et remonter droit au bois.

Dans la prairie humide vous pourrez voir de véritables tapis de parnassie des marais aux fleurs blanches immaculées (droséracée ) et de rares pieds de prénanthe pourpre –prenanthes purpurea (asteracées) photo C07 706.

Photos C 07 de Courtalgélat haut au ruisseau de Llégunes C 08

 

Montée sur Gérieys

La photo C 09 719 montre la prairie, coté amont, le chemin de Gérieys commence sur la droite des roches qui sont en lisières de la pinède. Il monte en biais sur une sorte de rampe herbeuse. Un affleurement de roches polies surplombe ce passage. Deux passages sont possibles : celui qui coupe le terrain en biais passe à droite (Est) de cette petite barrière rocheuse l’autre descend droit entre deux roches et emprunte le passage des eaux ce dernier qui est porté sur la carte IGN. Au dessus de ces roches vous arrivez sur le petit plateau  des Gourgues les chemins le rejoignent en bas du dôme décrit plus haut. Entre les deux une ligne de pins et de genévriers limitent ce dôme. Altitude 1704m. Une cabane de pierre se cache à l’extrémité ouest de ce bosquet, elle s’appuie sur une roche d’un côté et la voute est soutenue par des murs comportant un  angle droit de l’autre côté, ce qui est rare dans les ôrris photos C01 586 C01 588 C 10 742. Plusieurs passages rejoignent Gérieys, le premier coupe les Gourgues en biais par le bas, l’autre monte droit au bois, sous la route, puis prend à droite  les deux rejoignent la route au bout de la ligne droite en dessous de la lisière de la pinède. Les  photos C10… montrent  la cabane et   ses environs  et les photos C 11…  la Jonction du chemin de Courtalgélat et de Llegune à la route. 

Ces vieux sentiers qui courent en sous-bois  méritent d’être parcourus Bonne promenade.

Album photo cliquez icicourtal-gelat courtal-gelat

La carte de ces lieux est disponible sur Géoportail :commune Lassur 09

A Marseille le 12 septembre 2011 PJM

Le castor

 

Repost 0
10 septembre 2011 6 10 /09 /septembre /2011 15:26

 

 

DES METAIRIES AU FILLOL PAR GIMBAREIL

S 33 541

 

 

 

 

 

Plusieurs itinéraires conduisent à ce coin de montagne qui nous est cher ; là se coupait le bois de chauffage du village là se gardaient les troupeaux après la transhumance et là les plaisirs de la montagne sont à peu de temps de marche.

         L’an passé nous avons marqué l’itinéraire par Coustaourio puis  Espinal_ ou l’on retrouve le chemin qui arrive  de l’Agréou _ le Sarrat de Lalégre les Quatre chemins, poste de chasse,  le col du fillol puis la fontaine du fillol par le passage ouest qui reste en sous-bois. Un peu en amont de la métairie de Cassé nous avons quitté la Tire Droite pour passer en  en limite du communal. Ce passage en sous bois est pratique pour la cueillette des champignons mais fort raide aussi il nous faudra rouvrir le haut de la Tire Droite pour avoir un passage plus facile. Deux autres passages sont à rouvrir le chemin de l’Agréou, après la métairie de Gérard, jusqu’à sa jonction avec la piste forestière de Botarel dans un premier temps. Le deuxième est la piste forestière tracée en 1993, la piste haute va des métairies de las bordes à la métairie de Cassé la piste base va de l’Agréou à la limite de Coste d’ori et Coustaourio. La végétation à repris ses droits mais il est possible de passer tout de même sur celles-ci, elles « coupent » la montagne en travers.

 

         Après l’abandon des cultures aux métairies la vacherie descendait par Gimbareil. C’est l’itinéraire  que nous avons balisé et nettoyé cet été. Il reste encore du travail pour bien élargir le passage mais vous pouvez passer.

Après les granges de las bordes suivre la piste jusqu’aux dernières métairies(en ruine) d’Alzieu et Lafaille (photo 1) ensuite la piste descend légèrement traverse une zone humide puis remonte et rejoint la route de Lassur.

 

Les tires

         Le chemin initial part du chemin de la montagne après la métairie d’Alzieu, à Crouzille, il passe au niveau de la piste forestière à Lasbordes et grimpe droit vers Gimbareil d’en haut. Il servait à débarder le bois aussi est-il creux dans sa partie basse, bien dégagée sous les châtaigniers sauf au départ et arrivé à Gimbareil zone où les châtaigniers commencent à se raréfier. Vous remarquerez sur ce chemin un châtaignier déraciné dans les temps jadis mais qui a continué à se développer et plusieurs beaux troncs bien droits ont poussés sur le tronc initial (photo  S2 S3 S4) ; on en trouve un autre comme celui-ci après la métairie du Guimbard (famille Rauzy) sur le chemin de Soulatge (photo S24 S25 S26 S27). Ensuite le chemin devient plus large et est recouvert par des ronces et framboisiers sauvages. Ces broussailles ne sont pas très hautes mais denses et couvertes cette année de beaucoup de mures. Avis aux amateurs de confitures. Il est donc préférable de passer dans les bois à droite. Vous arriverez à deux métairies, celle du bas petite faite de grosses pierres dépareillées appartient à la famille Costesèque (Ax les thermes) elle  a été construite après 1829 (photo S5 S6 S7 S8), celle du haut aux murs de schistes en moellons bien ajustés est beaucoup plus grande elle figure sur le plan de 1829 (S9 à S12). Derrière l’ancien champ est couvert de magnifiques fougères grand aigle, il y a un beau pommier et des cerisiers sauvages aux fruits délicieux en juillet (S 13 S 14). Entre des deux métairies un passage rejoint le chemin principal  en contrebas de la métairie du Giuimbard.

 

Le chemin des vaches

Pour attraper le chemin que nous avons balisé suivre la piste jusqu’au groupe de métairies d’Alzieu (Nina) et Lafaille (S1). Sur la gauche du chemin nous avons indiqué sur une pierre le chemin en marquant Fillol et Gérieys, le passage se trouve en face, coté amont, il est balisé en rouge il traverse au départ  une parcelle fort embroussaillée où la forêt s’implante. Le passage longe l’ancien chemin de Gimbareil qui  lui-même surplombe un petit ravin, puis il traverse des parcelles successives allongées comprises entre les tire du Fillol et le chemin de Gimbareil (S15)  il s’infléchi à droite pour rejoindre les tires du Fillol en dessous de la métairie du Guimbard  aussi appelée métairie de Jean-Baptiste. (S17 à S23) 

Il est possible aussi de longer le ravin jusqu’au dessus d’un très gros bouleau abattu par la tempête mais toujours vivant. Bonne vue sur le Débés et Mont redon (S16) Arrivé au champ de fougères, elles diminuent mais sont encore inévitables où que vous passiez, prendre à droite, une marque rouge horizontale indique d’endroit, traversez les fougères vous arrivez sous la métairie au chemin principal. 

La métairie de jean baptiste

Actuellement en  ruine elle  était bâtie à la chaux, sa cour entourée de petites murailles possède deux entrées chacune marquée par une pierre verticale enfoncée dans le sol. Le même appareillage de pierre se retrouve au Quié sous Caronille. Les  tires longent la métairie pour arriver en haut au chemin de Soulatge ; Comme elles sont obstruées par de nombreux arbres morts, dont certain vieux, le passage s’est fait à travers champ sur la droite en montant; vous rejoindrez  le chemin en amont du châtaignier couché cité supra.

 

Le chemin de Soulatge

Il est abandonné depuis l’après guerre. Il commence  en  haut des prés des Foyres (voir article correspondant de l’an passé) sous le Fillol coté Est rejoint le chemin de Gimbareil sur les roches vers l’ancienne métairie de Toussaint et continue jusqu’à la limite de Vèbre et d’Albies entre Gérisou et les Mouillères.  Il est porté sur le plan sous le nom de chemin de Mesplé à partir  des quatres chemins. Du Sarrat de Mesplé il revient vers le sud-est, et rejoint, au niveau de la pointe haute du W que forme la limite Sud de Vèbre, le chemin de la montagne qui conduit à Gérieys. Il porte le nom entre ces deux points de: chemin de la montagne au ruisseau de Mesplé.  Les deux autres pointes basses de la limite sont marquées coté Lassur par la fontaine de l’Usclade en haut du bosc sur le chemin (en amont de la source du ruisseau des foyres) et coté Albies la limite se trouve au Sarrat de Gérissous sur un très haut roc marqué d’une croix très ancienne. Cette limite faisant dans le temps partie des bornes communes à Lordat et à Gudane ce sera autant de promenades pour l’an prochain.

 

La capelle

         Une fois rejoint le chemin de Soulatges après la métairie de jean Baptiste continuer vers la droite (ouest) le chemin monte lentement pour arriver sous un petit sarrat à votre droite c’est le très célèbre lieu de La capelle connu pour ses fougères (falga) qui vous dépassent et pour la métairie de Caralp déjà portée sur le plan de 1783. Pour continuer soit vous traversez les fougères en longeant le bois. Pour cela enfoncez votre bâton à l’horizontale dans les fougères écartez les tiges pour voir le sol et faites comme Moïse traversez la mer, de fougère. Ou bien grimpez sur le talus qui domine le chemin, au niveau du seul sapin du coin et en bordure du bois,  longez le chemin (ronces) et une fois les fougères dépassées redescendez sur le chemin en dessous de vous, ou longez le à droite en montant. Vous arriverez peu après aux quatre chemins (poste de sanglier)

 

Rejoindre la jasse

         Après les quatre chemins si vous empruntez celui qui grimpe à main gauche (sud-est, et le plus bas) vous traversez l’ancienne jasse du Fillol la cabane se trouve au dessus du col sur le sarrat face à Lassur(S30 à S 44) . Au printemps vous pourrez voir et sentir les très belles fleurs rose du daphné, elles ressemblent au lilas mais sont portées autour de la tige et le parfum en est bien plus fort.   Le chemin de dessus (balisé l’an passé) emprunte l’ancienne piste de débardage sous les hêtres puis après le col  traverse le bois de noisetier. Pour aller à la cabane arrivé au col vous  longez le flanc droit de la montagne en vous dirigeant vers Lassur vous la verrez à l’orée du bois et au dessus de vous. Un lérot l’habite. Nous avons balisé provisoirement  le passage par le haut dans les bois. Après le col monter dans les noisetiers d’une dizaine de mètres puis se diriger à l’horizontale plein est continuer jusqu’à être sorti totalement du bois car elle se trouve derrière un rideau d’arbres  précédé de fougères et au dessus de la pente qui mène aux roches. Au printemps les jonquilles tapissent le col de leurs taches jaune citron.

La fontaine (S 28)

La fontaine est toujours difficile à trouver elle sourd  à l’ouest du chemin (droite en montant). Arrivé dans la « pépinière » de jeunes sapins prendre à droite  en suivant le chemin des animaux  elle se trouve sous un haut talus et donne naissance à un petit vallon. Au dessus d’elle la sapinière est ancienne bien dégagée avec une pente plutôt douce et uniforme, alors que en dessous elle est fort raide et le bois plutôt touffu. Entre le chemin et la fontaine de nombreux sapin sec ont été abattus par les intempéries (S 29 le chemin passe entre les sapins).  Le bord du ruisselet qui en coule est une bonne zone de pied de mouton et girolles. Autre façon de la trouver: le ruisselet coupe, un peu plus bas, le chemin du Sarrat de Mesplé en amont du  passage balisé donc continuez le chemin après les tires lorsque vous rencontrez le ruisseau  remontez son cours et vous arriverez à la fontaine où vous pourrez apprécier son eau très  fraiche. 

Cette  fontaine n’est pas portée sur le plan ses coordonnées sont :

 N 42° 45’ 26’’98 E 001° 42’ 36’’94 altitude 1206 mètres mesuré au GPS Key Maze 500

La Cabane est portée sur la carte IGM (Géo portail)

N 42°45’ 35’’8  E 01° 42’ 43’’9 altitude 1190m

 

Vous avez maintenant deux itinéraires pour faire un circuit en sous-bois bonne cueillette de champignons et de châtaignes

 

  Album photo:

tous les albums/page 4 de lastiros au Fillol.

  de-lastiros-au-fillol de-lastiros-au-fillol

 

 
 

Marseille le 2011-09-10 PJM

 

Le Castor

 

Repost 0
5 juillet 2011 2 05 /07 /juillet /2011 19:18

L’Association Vèbre Chemins Faisant organise

Samedi  9 juillet

Une sortie à Beille

Vebre-2007-2.jpg

Accompagné de Colette Rolet

A la découverte de la Faune et la Flore en Haute Montagne

Rendez-vous au parking de Beille à 8h00

Réservation au 06 82 74 27 51 après 20h00

Repas pris en commun

Grillades et pain fournis

Le Castor

Repost 0
28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 20:43

L'Association Vèbre Chemins Faisant

 organise un nettoyage du chemin des métairies vers le Sidol

Changement de date au 14 mai 2011 2 Sidol (3)

 

L’Association organise un nettoyage de chemin des métairies vers le Sidol

Nous serons aidés par  une équipe de chasseurs. 

Le Samedi 14 mai 2011 toute la journée

Nous vous rappelons le 14 mai au lieu du 7 mai, comme initialement annoncé.

Rendez vous à la  place de l’église à 8 h 00

En effet la Municipalité de Vèbre organise le 7 mai des festivités du souvenir de la fin de la guerre en Europe le 8 mai 1945.

En conséquence l’Association a décidé de reporter la date de cette journée « Sentiers »

Nous vous prions de nous excuser pour ce contre temps.

Vous pouvez accéder au Blog du village en tapant sur Google

«Vèbre chemins»

Cordialement,

Pour la Présidente

Le Castor

Repost 0
10 avril 2011 7 10 /04 /avril /2011 16:36

La grotte de la Turrière

grotte 169 

 

Lors de notre sortie estivale nous avions splendidement raté la grotte de la Turrière. Nous sommes passés environ 70m trop au sud et nous n’avons pas vu la falaise actuellement cachée par un rideau d’arbres et bien défendue par un fouillis de ronces et d’aubépines.

Le tuf calcaire

Le tuf calcaire ou travertin, d'origine sédimentaire qui provient des ions carbonate dissous dans l'eau.

Le mélange ainsi formé a précipité en milieu continental (ruisseau, source riche en carbonate dissous, etc.) ; il inclue souvent des traces de végétaux ou de coquilles (Se référer à Wikipédia).µ

En Langue d’Oc nous l’appelons turet. Cette pierre a été utilisée pour la construction des églises romanes  du canton et en particulier la vieille église de Vèbre

Nous trouvons cette roche en plusieurs endroits dans les environs de notre village,

À Vernaux,

À Verdun en remontant vers la route de la corniche sur la rive gauche du ruisseau en aval de l’ancienne carrière de marbre.

En descendant à Urs après le Manché le ruisselet en dépose  et nous en avons un bel échantillon en formation à l’arrivée de l’eau du lavoir du Manché.

Les dépôts de la Turrière

Deux dépôts sont visibles à cet endroit. Le premier se trouve à l’extrémité du chemin qui arrive du col de Darques un peu avant le ruisseau. Il avait été exploité en galerie qui s’est effondrée provoquant un entonnoir sur la parcelle supérieure.

Le second se situe sur l’ancien chemin d’Albies à Caychax.

Tout près du ruisselet du vallon de Caychax, se situe la grotte. Le chemin actuel a été tracé dans la seconde moitié du XIXème siècle (voir Albiès mon village de Gilles de Castroviejo).

La grotte se trouve à une distance de 250m de la limite de Vèbre et de Caychax. Il nous faudra rouvrir ce passage car il permet de la rejoindre aisément grâce à une faible dénivellation.

La grotte et son environnement

La pente du terrain à cet endroit est raide ; les parcelles sont limitées en aval par de fort talus restes des anciennes murailles. En amont passe le chemin actuel, au dessus se situe les domaines communaux de Caychax. Sous le chemin à ce niveau les bouleaux prédominent alors qu’au dessus du chemin c’est le chêne qui couvre le sol rocheux qui n’a jamais été cultivé. Les anciennes parcelles forment des gradins en arc de cercle sous le chemin. Au bout de ces gradins se trouve la ligne de faîte qui descend du Quié, le chemin vire franchement à cet endroit et il passe du soleil à l’ombre du vallon. La grotte s’ouvre dans une petite falaise en forme d’accent circonflexe tout à fait en bas de cette ligne, la falaise est comprise entièrement entre deux fort talus.

-Celui du bas qui soutenait l’ancien chemin et,

-Celui du haut qui contenait la terre d’une parcelle presque plane

La falaise mesure environ 12 m de large côté sud de l’entrée de la grotte et environ 20 m côté nord (donnant sur le  vallon) et 10 m de haut au point culminant. Il se peut que la roche ait été exploitée dans les temps anciens sur les côtés, la grotte servait d’abri.

L’entrée de la cavité est basse ; il faut pénétrer à quatre pattes à l’intérieur. Une fois ce passage franchi vous pourrez vous tenir debout car le le plafond est relativement haut. La cavité orientée Nord-ouest Sud-est s’est développée selon une faille verticale. La poudre calcaire issue de l’ancienne exploitation recouvre le sol formant une pente assez forte et rejoint la voûte à chaque extrémité  Cette couche du sol, durcie en surface, est creusée de quelques terriers. Sur les parois des saignées qui servirent à découper les blocs de pierre sont visibles. Il n’y a pas de trace de fossiles de feuilles ni d’animaux si ce ne sont quelques coquilles minéralisées. La cavité est parfaitement  sèche; elle n’est pas très grande…Sept pas en entrant à droite comme à gauche et 2 à 3 m de profondeur

Son accès

Pour cette description je vous invite à ouvrir le site Géo portail sur la commune de Caychax

Réglez l’échelle au 1/8000 afficher la carte IGN et les parcelles cadastrales effacer la photographie aérienne puis afficher à l’écran le site de la Turrière de manière à avoir en haut et au milieu de l’écran le virage décrit ci-dessus. Passer à l’aide de la molette ou du curseur à l’échelle 1/4000 les courbes de niveau s’effaceront mais le ruisseau et le chemin persisteront. Repérez votre chemin à l’aide de la punaise (en regard de la ligne mon lieu favori); cliquez sur elle puis vous placez sa pointe où vous désirez  passer et cliquez sur OK

Les coordonnées géographiques s’affichent en bas recommencez pour les autres points puis revenez à l’échelle 1/8000 pour voir les courbes de niveau et effacez les parcelles.  Votre itinéraire est prêt. Je précise cette méthodologie car beaucoup de personnes maîtrisent mal l’informatique.

2°Depuis le ruisseau elle est totalement masquée par un rideau de très vieux buis.

Il faut remonter en oblique le bois de noisetier (assez jeune parcelle 476)  en se tenant à gauche et en se dirigent vers les buis. Un très vieux buis au tronc respectable pour cette essence et aux branches assez hautes se trouve au bas d’un passage, aménagés par les animaux, qui  rejoint le vieux chemin au dessus de la muraille vous verrez la falaise à votre droite. Autre repères, depuis le ruisseau vous remarquerez trois gros bouleaux bien droit bien blancs et qui dominent les autres arbres les bords de la falaise sont dans l’alignement des deux arbres extérieurs et l’entrée de la grotte dans l’alignement de celui du milieu.

3°En venant du chemin, dans le sens de la montée, en arrivant dans la zone des chênes

160 m avant d’arriver au virage vous remarquerez à droite une touffe de trois beaux bouleaux ,en face se trouve un buis ébranché dans sa partie basse entouré de bandes de chantier rouges et blanches; empruntez le passage aménagé, il passe en aval d’ un massif de buis  ou se trouve deux sapins de 3 mètres environ (arbre rare au Quié); le passage coupe en biais dans la parcelle 457 passe sous la parcelle 456, deux murs en pierre forment son angle sud; un très vieux cerisier sec se trouve juste en dessous, longez l’ancienne muraille par le dessous parcelle 458 vers son extrémité un passage traverse le rempart en roncier  pour rejoindre le vieux chemin à proximité du site.

4°En  descendant au niveau du virage.

Continuez le chemin jusqu’au grand virage là descendez vers le bas du vallon soit par le bois à l’ombre, parcelle 448 soit par le bois de bouleaux immédiatement avant la ligne de crête la pente est raide et l’herbe (fenasse) fort glissante aussi vous pouvez faire comme les enfants; assoyez vous sur le sol donnez une bonne impulsion sur les mains et glissez en «tape –cul», méfiez vous des épines et veillez à les écarter. En bas longez la muraille à votre droite (quelques mètres) puis descendez le long de la crête vous trouverez une cabane ressemblant à un igloo, elle est construite en blocs morainiques, Pénétrez dans le bois coté ombre(448). Le passage est aisé et permet de descendre vers le ruisselet qui serpente dans le gravier blanc.

En dessous (449). vous êtes au niveau de l’ancien chemin. Le ruisselet continue à gambader une dizaine de mètres avant de sauter dans le ruisseau rugissant de Caychax.

Pour aller à la grotte passez à côté des trois buis ébranchés et balisés de rouge et blanc. C’est l’aboutissement du premier passage décrit précédemment; passez sous l’arc de triomphe constitué de très gros blocs morainique à droite, et à gauche et d’une voûte de trois vieux troncs pelés. Derrière ce passage, de très vieux arbres torsadés par des vieilles tiges de lierre gisent au sol comme les colonnes baroques écroulées.

Pour aller à la grotte, engagez vous à gauche en longeant le haut de la vieille muraille sans descendre au bout de la parcelle plantée de frênes; vous apercevrez la falaise et le passage du vieux chemin devant elle parcelle 450.

Pour rejoindre le ruisseau longer le ruisselet puis s’engager à gauche dans le vieux bois qui n’a rien à envier à une forêt vierge.

Autant à droite et au dessus les bois de freines sont dégagés autant à gauche ils sont touffus. De grosses lianes et des arbres abattus par le vent, des épines qui se font payer comme à l’octroi ou aux péages autoroutiers, des orties qui vous activent la circulation et des moustiques femelles qui préparent un heureux événement en vous pompant le sang. Au bout vous trouverez le chemin qui longe le ruisseau et qui est fréquenté par les pêcheurs. Le ruisseau s’assagit à cet endroit avant de rebondir et de cascader. Vous êtes au départ du point 2 de l’accès à la grotte.

Un dernier détail…Si vous descendez le ruisseau sur la rive gauche vous serez bloqué par les roches en aval, en période de fortes eaux; vous ne pourrez pas le traverser;  il vous faudra mieux passer sur la rive droite en amont.

Après les roches de la rive gauche se trouve le chemin qui descend à la Turrière (décrit dans l’article la Turrière et Campoumarel) au dessus de cette falaise les  tilleuls  de montagne bien parfumés abondent, mais le passage n’est pas facile.

Position géographique de la grotte

Avec le GPS Quechua 500:                   1° 42’ 53,35’’E /42° 47’ 18,32’’ N

Avec  le plan IGN et le Cadastre:        1° 42’ 53,55’’E /42° 47’ 18,9’’ N

 Bonne promenade.

Accédez aux photos en cliquant sur le lien ci-dessous

 La-Grotte-de-la-Thuriere

Le Castor

Repost 0
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 22:14

Inauguration des chemins, d’Ournal, du Carrerot et de Las Majos (reliant Vèbre à URS)

La journée avait commencé fort tôt puisque dès 8h30, les valeureux comparses ont terminé de débroussailler le chemin d’Ournal….

A 10h30 tout était nettoyé….

A 11h00 tout le monde s’était donné rendez-vous place de l’église

Messieurs les Maires de Vèbre et d’Urs étaient également présents…

Ces magnifiques panneaux qui signalent ces sentiers sont l’œuvre de notre «Merle Siffleur» à qui nous disons un très grand MERCI.

Les panneaux avaient été préalablement installés et recouverts d’un linge à découvrir lors de l’inauguration.

 0001 inauguration Chemin Las Majos (1)

Monsieur le Maire inaugure  le premier chemin0110 inauguration chemin Ournal(6) 

Présidente et Trésorière en font de même pour le chemin d'Ournal

1001 inauguration chemin du Carrerot(9)

A votre Serviteur le soin d'en faire de même pour le chemin du Carrerot    1010 inauguration chemins vebre (10)

Une partie de l'assistance

Le panneau du chemin de Las Majos (reliant Vèbre à URS) a été découvert par les deux maires des deux villages concernés…en l’occurrence, Jean Lopez, maire d’URS et Jean Rouzoul, maire de Vèbre.

Lulu et Marie Pierre procèderont ensuite à la découverte du panneau du chemin d’Ournal….puis ce fut au tour de votre serviteur de découvrir le panneau du chemin du Carrerot

Les nombreux présents se retrouvèrent ensuite à la salle de la mairie où Monsieur le Maire, Jean Rouzoul et notre Présidente Lucienne Soulié, nous ont distillé chacun un petit discours dont le thème fut :

-      La remise en état de ces sentiers, naturellement, sentiers que nos Anciens foulaient alors pour rejoindre les champs qu’ils cultivaient autour du village    

-      L’apport bénéfique de l’Association, sa dynamique, sa bonne humeur mêlant travaux et festivités au sein du village pour le plus grand bonheur de tous.

Ces journées se terminent toujours dans la bonne humeur autour d’une bonne table humeur, ce qui permet d’approfondir les liens et mieux se connaitre entre gens de la commune

Ce fut le cas ce 19 mars où un apéritif dinatoire nous fut servi.

Les convives se retirèrent détendus et heureux de leur participation à cette excellente journée.

Il est rappelé à nos lecteurs que le Samedi 7 mai 2011 nous procèderons au nettoyage du chemin au niveau des Métairies pour faciliter l’accès en direction de Beille

Pour la Présidente,

Le Castor 

Repost 0
3 février 2011 4 03 /02 /février /2011 11:42

Vèbre Chemins Faisant –Jonction chemin d’Ournal et chemin du haut,  de Carol à la jonction Vèbre Urs

sentiers 29 01 2011 (15)

  Un lot de combattants

sentiers 29 01 2011 (17)

Un beau résultat

sentiers 29 01 2011 (26)

 Après l'effort le réconfort

 

L’Association Vèbre Chemins Faisant s’est retrouvée le samedi 29 janvier afin de restaurer le chemin d’Ournal qui part d’En Germa pour rejoindre la rive droite de l’Ariège

Les prévisions météorologiques s’étaient avérées erronées et nous avons bénéficié d’une matinée ensoleillée…Nous y avons donc trouvé les plus fidèles…Ceux qui pensent qu’à Vèbre il fait toujours plus beau que l’annonce la Météo…les autres avaient certainement parié sur une météo dégradée….L’erreur… !!!

A l’appel de Roger notre responsable «Sentiers», nous nous sommes retrouvés dès 8h30 sur le dit sentier d’Ournal pour dégager ce chemin qui n’avait guère vu de randonneurs l’emprunter depuis longtemps….Pourtant Robert l’entretient lorsqu’il a quelque temps libre et le chemin n’était pas dans un état désastreux comme l’étaient certains auparavant.

Roger de son côté s’en alla dégager le chemin de Carol, jusqu’à la jonction Vèbre Urs avec sa débrousailleuse qu’il utilise pour la restauration de nos sentiers…..Personne ne chômait et chacun avait sa tâche.

Les participants munis de cisailles de scies, de sécateurs et bien d’autres outils tranchants, mais aussi de leur bonne humeur et leurs bonnes volontés..., eurent raison de ce chemin d’Ournal qui nous vit atteindre la rive droite de notre Ariège…

Il ne nous reste pour ce chemin là qu’une portion que nous effectuerons le 19 mars avant son inauguration... Ce chemin est désormais praticable et peut être accessible par tous les habitant de sept à quatre vint dix sept ans

Quant au chemin débroussaillé par Roger, je ne doute pas qu’il soit en excellent état…après qu’il y soit passé….

Tout le monde était trempe de sueur…..mais content….

….Et comme bien souvent, nous nous sommes retrouvés chez Marie Pierre… et son époux Robert….

Redonner tout son sens à la fête ….sous toutes ses formes….La fête ce n’est pas uniquement les musiques et la danse, voire les fêtes traditionnelles mais c’est aussi profiter de tous ces précieux instants où l’on peut se rencontrer pour vivre ensemble, échanger des propos amicaux voire des blagues et des rires….Montaigne ne nous a-t-il pas dit : « Le rire est le propre de l’homme » ….!!!!.....Le rire en plus est un gage de réussite dans la vie….

Cette journée fut de remplie de merveilleux moments, oh combien sympathiques….un peu chargées mais pleine de vie.

A table ...après l'effort le réconfort vous disais-je…

Je n’insiste pas ….les repas servis chez Marie Pierre sont toujours mémorables ….

Un Merci particulier toutefois à Roger l’animateur de cette activité ainsi qu’à tous ceux qui ont permis un bon déroulement de la journée. 

J’en profite pour faire appel à tous les lecteurs du blog pour leur demander, autant que faire se peut, de rassembler les anecdotes et les documents, relatifs à l’histoire du village de Vèbre, pour le plus grand plaisir de tous.

Un petit bémol toutefois…Robert mit tant d’ardeur à son travail qu’une branche rebelle vint lui fouetta l’oeil et qu’un hématome se forma sur la cornée. Après avis médical nous dûmes nous rendre au CHIVA pour les premiers soins

Quelques gouttes et le port d’une coquille adéquate lui permirent de retrouver un usage parfait de sa vision

Contacté par téléphone, il semble que l’organe touché soit en voie de total guérison

Vous trouverez l’album des photos de cette journée…..Pour y accéder, cliquez ici:

Cordialement,

Le Castor

 

Repost 0
1 février 2011 2 01 /02 /février /2011 00:31

 Les sites miniers autour de chez nous Les autres sites

 

500 c minière

 

Verdun sur Ariège

Alt  650 x547, 7 y3/54,1_f fe

Morphologie : amas

Minéraux caractéristiques : fluorine sidérite hématite calcaire

Roches encaissantes : Dévonien calcaire et calcschistes

Taille et tonnage extraits0/faible

Bestiac

Alt1000 X555, 3 Y 3/ 52,5_ asb

Morphologie: stock- werk

Minéraux caractéristiques: chrysolite

Roches encaissantes : lherzolites

Taille et tonnage extraits 0 : nul

Gourbit Alt  1280 X 535,0 Y3 58,5 Fe

Morphologie : filon

Minéraux caractéristiques : hématite, pyrite, sidérite, calcite, quartz

Roches encaissantes : ophites  granodiorites, mylonites

Taille et tonnage extraits0 /nul

Rancie Alt 1300 X 533,5 Y3/52,1_ Fe Mn

Morphologie : amas

Minéraux caractéristiques : hématite, pyrite, ankérite quartz

Roches encaissantes : Dévonien calcaires et dolomies

Taille et tonnage extraits 0/3Mt Fe 46% Fe 4%Mn

Miglos

Alt  1100 X 540,9 Y 3/ 55,5_ Fe

Morphologie : amas

Minéraux caractéristiques : hématite  limonite  pyrite

Roches encaissantes : Dévonien  calcaire et schistes

Taille et tonnage extraits0 :43 000t Fe 43%Fe

Lercoul : Alt  1400 X534,5  Y3/ 52,1_Fe

Morphologie : amas

Minéraux caractéristiques : sidérite  hématite pyrite

Roches encaissantes : Dévonien  calcaire et schistes

Taille et tonnage extraits0/ faible 

Secteur 1088 _ Ax- Les –Thermes Carte Ax Les-Thermes 1/50 000 Quillan 1/80 000

Boutadiol Alt 2 200 X 574,6 Y 3/ 40,9_ Fe

Morphologie : amas

Minéraux caractéristiques : magnétite

Roches encaissantes : ordovicien  calcaires

Taille et tonnage extraits   très faible

Escouloubres  Alt 1 150 X 582,7 Y 3/ 50,3_Pb Cu

Morphologie : filon

Minéraux caractéristiques/ galène, cuivres gris chalcopyrite, limonite, calcaire quartz 

Roches encaissantes : trias marnes

Taille et tonnage extraits 0/nul

Oriège Alt cartes Ax les thermes et Foix  1300 X 568,0 Y3/ 43,0_ Be

Morphologie : amas

Minéraux caractéristiques : béryl

Roches encaissantes: pegmatites

Taille et tonnage extraits nul

Petches  cartes Ax les thermes et Foix  Alt  840 X 549,5Y 3/45,4_  fdh

Morphologie : amas

Minéraux caractéristiques : oligoclase, quartz 

Roches encaissantes :   migmatites

Taille et tonnage extraits 80 000t fdh

Rabassoles  Alt 1800 X570,9 Y 3/ 44 , 9_talc

Morphologie : amas

Minéraux caractéristiques : TALC

Roches encaissantes : ordovicien migmatites

Taille et tonnage extraits 0/nul

Cartes Ax Les Thermes Foix

Trimouns Alt 1800 x 556,3 y3/ 56,9

Morphologie : amas

Minéraux caractéristiques : talc  leuchtenbergite chlorite calcaire dolomite 

Roches encaissantes : ordovicien silurien  brèches tectoniques ; micaschistes dolomies.

Taille et tonnage extraits 4 : 10 M tc au 01 01 79

Secteur 1093 Fontargente Carte Fontargente Foix

Milmeant (Milmenut)

Alt 2700 X 540,0 Y 3 36,7 _ Cu Fe

Morphologie : filon

Minéraux caractéristiques :   chalcopyrite sidérite quartz

Roches encaissantes : ordovicien  phyllades

Taille et tonnage extraits0/nul

Cartes Fontargente 1/50 000

L’hospitalet 1/80 000

Puymorens alt. 2100 X 553,4 Y 3/ 28,1 _ Fe

Morphologie : lentilles stratiformes

Minéraux caractéristiques : sidérite hématite magnétite 

Roches encaissantes : ordovicien schistes calcaires

Taille et tonnage extraits 0/ 1,3 Mt  Fe 54% au 01 01 79

Secteur 1094 Mont-Louis Carte Montlouis  L/50 000 L’hospitalet 1/80 000

En Beys

Alt  2400 X 566,8Y 3/ 36,9  U

Morphologie : filon

Minéraux caractéristiques : autunite mispickel sulfures de cuivre quartz 

Roches encaissantes : granite

Taille et tonnage extraits 0/nul

Les renseignements ci-dessus proviennent du BRGM  Service  Géologique National  carte des gîtes minéraux de la France à 1/500 000 feuille de Marseille.

Sites géologique pouvant faire un but de randonnées et Photographies

1° Randonnée

Vue générale de la vallée de l’Ariège, prise du dessus de la commune du Pech

V517 Ariège vue de la serre de Pech

 et V 269 Ariège vue du plateau d’Aspis

2ème randonnée

Le Château de Lordat vu de la Remise

VL 124 Lordat  et VL 124 copie

VL254 de Lassur

3ème randonnée

Schistes carburés du Gothlandien  (Chemin d’Urs à Garanou)

4èmeandonnée

Replis dans le Gothlandien  (chemin du col de Darques Au dessus d’Albies)

Autres photo de galeries de mine et de la mine du Commandant voir Album

Photographies à venir selon le rythme des visites.

Mine du Castelet

Détail des failles mines de Roquelaure

Mine d’Albiès.

Mine de Château Verdun

Sur la carte au 320 000 un  gisement de béryl est mentionné sous le mont Fourcat, station du Mont d’Olme,  il n’est pas reportés sur la carte au 1/500 000.

J’ai eu trouvé au niveau de la station du Mont d’Olm un petit filon de tourmaline  de 10 à 15 cm de large sur un peu plus d’un mètre de long ensuite la roche et le filon s’enfoncent dans le sol.

Les paillettes d’or sont présentes dans l’Ariège et surtout dans l’Oriège. Mais la recherche répond à une réglementation précise, nos cours d’eau sont de première catégorie ce qui veut dire que les riverains sont propriétaires des berges et vous devez avoir  l’autorisation  de ceux-ci pour pénétrer sur leur propriété et faire de l’orpaillage sportif. Certaines associations organisent des stages d’orpaillage  dans les cours d’eau de France.

Un gisement d’or avait été décrit sous le pic de Baxouillade, dans la vallée d’Orlu les paillettes sortiraient d’une source située en bas de ce pic ; Voir la plaquette sur l’histoire d’Orlu  rééditée chez Latour.

Si vous ne trouvez pas d’or dans vos prospections vous trouverez des petits grenats au fond des batées.  Ils  sont aussi présents dans les gneiss à grenats du saint Barthélémy et aussi  sous la dent d’Orlu, la couleur est très belle  mais ils sont petits, à vous d’en trouver de plus gros pour votre « ma Mie ».

Lien avec l’Album photo

Album Photo

Carte des sites miniers au 1/ 300 000 (frontispice)

C géologique au 1/50 000 feuille de Vicdessos

Carte  des gîtes minéraux 1/500 000 feuille de Marseille

Photo p1080257 à p1080266 mine du commandant;

Photo 1080272 à 1080291 galerie proche de la route.

Photo 1080292à 1080294 mine de roquelaure

Photo V269 Ariège Vallée de l'Ariège depuis Aspis

Photo v 517 Ariège vallée de l'Ariège depuis la Serre de Pech

Photo VL254 Lassur Château de Lordat vu depuis Lassur

Photos VL 124 Château de Lordat vu depuis La Remise.

Fluorine http: rocodile.fr/news/ fluorine-france-morvan-argen...

Fluorine Blanche:http://planet-terre.ens-lyon.fr/planetterre/objets/Images/Img112/112-fluorine-x.jpg

Magnétite spectre: http://rocodile.fr/news/ magnetite-france-morbihan-pe...

Magnétite trombone www.jason-voyance.com/ spip.php?article287

Magnétite cristallisée  www.science-et-vie.net/ définition-champ-magne...

Galène dspt.perso.sfr.fr/ minerai_galene.htm

mineraux-et-randonnees

PJM

Le Castor

Repost 0