Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Vèbre Chemins Faisant
  • Vèbre Chemins Faisant
  • : Vie et Mémoire de Vèbre en Ariège, richesse culturelle et patrimoine de ce charmant petit village de la haute Ariège où il fait bon vivre
  • Contact

Recherche

Vèbre - Toutes Vos Infos

27 décembre 2011 2 27 /12 /décembre /2011 18:14

L’OURS


 danse ours

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8436604g.r=gravure+ours.langFR

Le 23 juin 1615au soir les bergers venaient informaient Monsieur le Maréchal que l’ours avait attaqué les troupeaux ; En même temps d’autres l’avertissaient qu’ils avaient vu une folle qui densait sur les roches ,voir l’article La Follo I et II 

L'OURS DE LAS PYRENEOS.

 

Parten per la casso, crésion dé trouba la pous­sédalo, té trapan l'ours.

Marchabon, despey un'hourado andé Torello, lé gardo, clins lé bosc dé Bragos, les goussés bra­mabon, les rabatturs fanion tapaché. A peino si sé poudio embrassa dé l'oeil unos dexénos clé. passés, lé ramaché dés sapins entrumio près­qu'affet lé carayrou qué séguission, èro pos encaro pla joun, tabés. Tout d'un cop, lés goussés jaoupon pos pus, s'arreston, la cugo éntré las camos, lé pél hérissat. Jou marchabi dabant, à bint passés dé Torello. Tout d'un cop, un filoulet. Ès Torello !

Maréchal, escartats bous.

M'escarti ; uno balo fioulo.

È té béni, dabant jou, d'arré un abet, al bort dé­précipissi dél roc dés Goujats, un grand animalas d'ours, tout dreyt. È; sens'abé lé tens dé récula d'uno sémèlo, l'ours té m'urpéjo è m'embrasso à m'éstoufa.

Perth pos moun sang fred, t'enfourni la ma esquerro dins la gulo dé la bèstio salbatcho, t'y sargailléjy la léngo, è, dé la dreito, t’y énfounsi un coutélas dins la panouillo. Mès, las griffos dé l'ours, mé griffon dins les musclés dé las espallos, è me désquirron à trocés ; la sang rajo.

Mès aco ès égal, réméni touchoun nia daguo dins lé flanc dé l'animaL Jamay nous désurpec; È, en nous débaten, arribi esquintat al bort dél pricipissi . Paouro Roquelauro, ès perdut ! mé sentio adali.

- Mort per mort, calqué moun ennémic crèbé andé jou.

È toutis dous, touchoun embrassats (1), toumban è roudan coumo uno pipo rédolo, sul flanc roucaillous dé la mountagno; è toutis dous, mitât morts, chouff! cabussan dins un gourguet dél roc dé la Bruyanto, lé choc nous désagafec.

L'aygo frésco nié rébiscolo.

È, quand jou mé souléby, té baou bésé moun ennémic qué, tranquilloment, sé lababo sa plago, al coustat dé jou.

Mé labi tabés, è toutis dous amicaloment fasen trèbo per répréné lé coumbat.

- Saouren, animal, qui n'aoura poupat dé la millouno, diguègy.

Sabi pos pus ount èro passat Torello ; sou­-

(1) Bergés

 

loument en biran lé cap, té lé baou bésé andés amics qué dégringoulabon, à touto bitésso, lé précipissi per béni à moun sécours.

Mès l'ours èro espuisat, sounc sang s'escour­rissio à bel rajol, è toumbèc. M'approuchey per y douna lé cop dé gracio. La bisto del renfort m'abio dounat couratché, e mas forcés s'éron centuplados. Mès I'animal d'ours se tournée dressa cap à jou, la gulo dubèrto, è unis brans, t'y enfourni lé dago dins la gulo, se débatèc, m'esquirréc un paouc dé coll, è cabusso retté lins l'aygo. L'aygo jisquèc pertout coumo fusados.

L'es amics arribon, mé sarron las plagos andé moucadous. Mé fan pinta un cop d'aygordent. M'arrémountèc.

Coupon brancachés, è bint homes s'arroussé­

guéguen I'oursam jusqu'ot su'l'carrayrou:

-- Brabo, brabo ! cridèguen toutis les em­bitats.

Moussu lé Maréchal se té bouydo uno rasado; alabeis toutis lés embitats se lèbon:

- A la santat dé Moussu lé Maréchal. Hourra ! Hourra !

Bibo lé tuayré d'ourses ! Bibo Moussu lé Ma­réchal !

È unis crits ! Al tapaché qué sé fasquèc Gas­toun sé désperto. Couffa ! couffa ! è soucadis andé sas manètos las franjos del brès.

Lé maynaché praco s'en pourtabo pos pu mal, èro pouchant quoiqu'agesso escarpinat lé bouyaché pu bitomen qué d'habitudo.

Ê sé plourabo, es, coumo l'abion batisat ; èro éstat aquél joun mès dérengat qué dé coustumo_ Côuffat, troussât, labat, tout aco y abio coupat la son.

- Foutré, per qué bol pos dourmi, porto lé assi, coumandèc lé Maréchal à la nouyriço.

Y cal fé béouré un cullérat dé sang d'ours è un aoutré dé bi dé  Jurancou.

-Y bos fé mal, paour'amic, cridec Madamo la Maréchalo, en se, méten les brassés su'l'cap.

- L'a pos tuat, al grand Henric, respoundec lé bieil Roquelauro, -tout fort.

E tout douçomentounos, en pourtant lé cullé as pontets del toustou.

- Tè, chuco, è sios abérit coumo es esta.t lé

grand Rey,

As prou pintat?-- Al brès:

 ours dans la rue

Trutat Eugène 1840-1910 

9x12

Bibliothéque municipale Toulouse  TRU C 1991

 

TRADUCTION

L'OURS DES PYRÉNÉES. 

Partant pour la chasse, nous croyions bien trou­ver la possédée, nous attrapons l'ours.

Nous marchions depuis une bonne heure avec Torelle le garde, dans le bois de Bragues, les chiens hurlaient, les rabatteurs menaient grand bruit. A peine si nous pouvions embrasser de l'oeil une dizaine de pas, les rames des sapins obscurcissaient le sentier que nous suivions, et aussi il ne faisait pas bien clair. Tout d'un coup les chiens n'aboient plus, ils s'arrêtent, la queue entre les jambes, le poil hérissé. Moi, je marchais devant à vingt pas de Torelle. Soudain, un coup de sifflet. C'est Torelle!.

Maréchal, écartez-vous.

Je m'écarte; une balle siffle.

Et je vois devant moi, derrière un sapin, au bord du précipice du roc des Coujats, un grand animal d'ours, tout droit. Et sans avoir le temps de reculer d'une semelle, l'ours me saisit et m'étreint à m'é­touffer.

Je ne perds pas mon sang-froid, j'enfourne la main gauche dans la gueule de la bête sauvage, je lui secoue la langue, et, de la main droite, je lui enfonce un couteau dans le ventre. Mais les griffes de l'ours me crochent dans les muscles des épaules et me déchirent en lambeaux. Le sang ruisselait.

Mais malgré cela, je remue toujours ma dague dans le flanc de l'animal. Jamais il ne desserra. Et, en nous débattant, j'arrive déchiré au bord du précipice. Pauvre Roquelaure, tu es perdu! je me sentais faiblir.

- Mort pour mort, il faut que mon ennemi crève avec moi.

Et tous deux, toujours embrassés, nous tombons en roulant comme futaille ronde sur le flanc rocailleux de la montagne. Et tous deux, à moitié morts, chouff! nous plongeons dans un petit gouffre du ruisseau de le Bruyante. Le choc nous sépara.

L'eau fraîche me fait reprendre mes sens.

Et quand je me soulève, je vois mon ennemi qui, tranquillement, lavait sa plaie à côté de moi.

Je me rafraîchis aussi et tous deux, amicalement, nous faisons trêve pour reprendre le combat.

- Nous saurons, animal, qui aura tété de la meilleure, disais-je.

Je ne savais plus où était passé Torelle seulement en tournant la tête, je le vois avec ses amis qui dégringolaient à toute vitesse le précipice pour venir à mon secours.

Mais l'ours était épuisé, son sang s'écoulait à gros bouillons et il tomba. Je m'approchai pour lui donner le coup de grâce. La vue des renforts m'avait donné courage, et mes forces s'étaient centu­plées. Mais l'animal d'ours se dressa à nouveau vers moi, la gueule ouverte,, poussant des grognements. Je lui enfonce la dague dans la gueule, il se débat, me déchire un peu le cou et tombe raide dans l'eau. L'eau gicla partout comme des fusées.

Les amis arrivent, m'épongent les plaies avec des mouchoirs, me font boire un coup d'eau-de-vie. Je fus réconforté.

Ils coupent des branchages et vingt hommes traînent l'ours jusqu'au chemin.

- Bravo, bravo! crièrent tous les invités. Monsieur le Maréchal se sert une rasade. Alors tous se lèvent:

- A la santé de Monsieur le Maréchal. Hourra! Hourra!.

Vive le tueur d'ours! Vive Monsieur le Maréchal!

Et de crier! Au tapage qui se faisait, Gaston se réveille. Couffa! couffa! et il secoue de ses petites mains les rideaux du berceau.

L'enfant, pourtant ne s'en portait pas plus mal; il était solide quoiqu'il eût fait le voyage plus vite que d'habitude.

Et s'il pleurait c'est parce qu'on l'avait baptisé: il avait été ce jour-là plus dérangé que de coutume. Coiffé, habillé, lavé,, tout cela lui avait coupé le sommeil.

- Fichtre! Puisqu’il ne veut pas dormir, apporte ­le ici, ordonna le Maréchal à la nourrice.

Je vais lui faire boire une cuillerée de sang de l'ours et une autre de vin de Jurançon.

- Tu veux lui faire mal, pauvre ami, cria Madame la Maréchale, en se mettant les bras sur la tête.

- Cela ne l'a pas tué, au grand Henri, répondit le vieux Roquelaure, tout haut.

Et tout doucement, en portant la cuiller aux lèvres du bébé:

- Tiens, suce, et sois dégourdi comme le fut le grand Roi!.

Tu as assez bu?.- Au lit! 

Cette histoire, la dernière des trois en patois, est tirée du livre :« Moussu  LE DUC DE RAUQUELAURO del Quérigut  1618 1783  ARTUR CAUSSOU ».

 L’auteur, Félibre,  né et mort à Lavelanet (15 aout 1848- 1945)  présenta ce roman à l’occasion d’un concours de littérature romane  à Foix en 1886. Réédition par CIEP impression Toulouse –traduction Jean-Louis Salvaire mise en écriture Anne-Marie Dambies  Association Aquavhers BP 09300Lesparrou.

PJM 

Le Castor

Partager cet article

Repost 0

commentaires