Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Vèbre Chemins Faisant
  • Vèbre Chemins Faisant
  • : Vie et Mémoire de Vèbre en Ariège, richesse culturelle et patrimoine de ce charmant petit village de la haute Ariège où il fait bon vivre
  • Contact

Recherche

Vèbre - Toutes Vos Infos

2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 11:42

 

La folle du roc de la Maoure en dialecte de Foix

 château Usson.

 

 

 

« Bous béni brounzina à los aoureillos lé noum è lé rénoum d’un enfant del pays._ Je viens murmurer à vos oreilles le nom et le renom d’un enfant du pays.»Ainsi commence le livre « Moussu  LE DUC DE RAUQUELAURO del Quérigut  1618 1683  ARTUR CAUSSOU » L’auteur, Félibre,  né et mort à Lavelanet (15 aout 1848- 1945)  présenta ce roman à l’occasion d’un concours de littérature romane  à Foix en 1886. Réédition par CIEP impréssion toulouse –traduction Jean-Louis Salvaire mise en écriture Anne-Marie Dambies  Association Aquavhers BP 09300Lesparrou.

L’auteur s’est inspiré du livre Histoire de Rauquelaure  par de Robville pour écrire le roman de la vie du Duc. (disponible en ligne gallica)

Parmi toutes les aventures vécues par le duc deux, qui sont romancées, méritent notre attention car elles se passent dans notre Ariège et dans le Quérigut. Dans la première l’auteur rapporte l’histoire d’une femme possédée qui vivait nue dans les montagnes et qui était dormait l’hiver avec les ours. Le récit s’étend sur plusieurs chapitres et sur 16 années de la vie de Gaston. Dans la seconde Artur Caussou  nous décrit comment son père tua un ours en combat singulier  le jour de la naissance de son fils et le lendemain du jour où les bergers virent la possédée du roc de la Maoure  pour la première fois. Je laisserai donc parler Artur Caussou en reprenant des extraits de ses deux histoires  qui sont presque des contes.  Le livre est écrit en parler de Foix.

 

J’ insère un lien avec le site gallica ou vous pourrez trouver  des éléments de grammaire du dialecte  de Foix  par Paul Sicre .Vous trouverez aussi la revue BSA aux archives à Foix

Eléments de grammaire de Foix  par Paul sicre ,dans  BSA  (Bulletin de la socièté ariègeoise de sciences et lettres) 11° volume  1907-1908_ année 1907 pages 113 -126/ 177-195 /274à290  /337à351  /388à408 / 441 à 460

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56582927/f128.image.r=grammaire+.langFR

Sur le net quelques articles retracent l’histoire de la famille de Rauquelaure.  Deux Maréchaux de France et un Maréchal de Camp. Depuis ce printemps notre sénateur Bel Jean-Piere  maire de  Mijanes, en DONEZAN, préside le sénat.

Photographie du château d’Usson  voir le site ci-dessous.

http://www.panoramio.com/photo/4070354

Dans nos villages les enfants nés jusqu’à la guerre de 14-18 parlait patois entre eux et avec leurs parents de 1920 jusqu’à 1930 ils parlaient soit français soit patois selon à qui ils s’adressaient, ensuite ils parlaient uniquement français  bien que tous comprissent le dialecte de Foix. Mes parents parlaient toujours patois entre eux mais s’adressaient toujours à moi en français. Je le  comprends  correctement mais je le parle peu, mes résumés entre les transcriptions de l’auteur sont donc en français.

L’histoire contée par Artur Caussou diffère de celle de la femme nue des Pyrénées que deux chasseurs découvrirent  à Suc canton de Vicdessos et dont nous ne connaissons pas l’identité. Dans l’histoire de la demeurée du Donezan  la femme retrouve sa famille, cela fera l’objet de la deuxième publication et la chasse à l’ours la troisième.

Ci dessous  trois liens sur la femme nue de Vicdessos ( 09)

Christian Bernadac la femme nue des pyrénées. France Empire.  suc 09

http://arcaneslyriques.centerblog.net/6522914-LA-FEMME-NUE-DES-PYRENEES

http://dominique84.over-blog.com/article-la-femme-sauvage-de-michel-gardere-ed-presses-de-la-cite-69322182.html

http://fr.wikipedia.org/wiki/Femme_sauvage_du_Vicdessos

 

LA FOLLO DEL ROC DÉ LA MAOURO (1).

La beillo dé Sant-Jan , coumo l'es pastous t'abian feyt un gros faugayrou à la crinco del pic dé la Maouro (2),è qué s'èron rétirats lins las cabanos qu'abion fagoutat endé bart sul bort dé l'estanc blu (3), dies lé grand bosc dés Haros (4), té ban entendre unos jaoupos, unis jaoupets, un tapaché,, un bruch infernal qué fasion les gousses. Sorten dé cop, un paouc affalants.

D'acquis ount èron, bésion pos rés.

Abion bastit les cabanous su'l'bort dé l'estanc, dins uno balèo dount lé sol faurmabo coumo lé founsé d'un saladié, balèo soumbro è silençiouso entourado dé mountagnos à- pic- coumo Un anphitéâtré. Las mountagnos èron nudos, desquirrados, descarnados, brulados per la rajo del souleil, uno brinço d'herbo y abio pos pous­cut agafa.

(1) (Berges).

(2)Quérigut.

(3) Etang bleu (Quérigut).

(4) Forêt des Rares (Quérigut).

Notez que les bergers allumaient le feu de la Saint Jean sur un point élevé en premier pour qu’il soit visible du village,  les villageois allumaient le leur ensuite.

……….

Toutis aquélis; débrissés, aquélis escalampets dé peyros abion feyt un espèço dé rempart al tour dé l’estanc Blu, è ernpachabo les pastou­rels dé bésé al déla.

- Mounten sus rouquarels, ça.disen.

E.toutis, armats dé pics, dé bastous, dé dals margats à l'enrébets, té grimpon è fousquèguen espaourucats, enjaourits, heirissats, férits dé poou en bésen à la crincareillo del pic dé la Maouro, uno fenno qué dansabo la farandolo al tour dcl fougayrou qu'encaro èro tout abrandat, è dounc las bélugos que jiscabon cap à las brumos tournabon toumba, en nébusquéjan, jusquo dins I'aygo dé l'entant Blu. Semblabo un foc d'artifici.

-À co és uno breycho ! dits -la un.

- Breycho té douti ! breycho té douti-, brey­cho té couetté, cridèguen,al- cop, toutis pastous.

La poussédado èro nudo, à pél, nudo. coumo un bermé,pro grando, pla grando.Sa pèl,tanado hé'l'sou­leil, crémado pël gibré ardent dé liber, crous­tassado pé'l'bent, quant èro esclayrado pé'l'foc dé brasiè , abio réfflets d'aourats è brounzats coumo la pèl d'un frangé gamat.

Aourios bist flouta sus sas espallos, mitai sus soue se, un cabarrat dé pélsés négrës coumo lé jayet. Y serbission dé capéto, é l'amantoulon a fait.

Gambadabo, saoutabo,trabetsabo, respassabo lé fougayrou d'un scout coumo un crabit. Aou­rios dit qu'èro lé diable infernal qué ténia abra­si gat un damnai lins las flammos éternèlos.

Tout d'un cop, s'arrestabo è s'abançabo tout a fait al bort, al prim, prim del précipissi, è abio l'ayré, en countemplan l'hourrou dé l'aninçou dé l'abimé, dé coumanda à las roucados.

Dé suito qué bex puntéja les pastous, fuch qué fuguas è s'en ba, bolo à trabex lés précipissés, las rocos, las foundrièros; tés nou l'arresto.

Atal, un isart affouscat pel la balo d'un cas­sayré, esquiffo, cour è se foun pés timbals.

………

Les bergers aussi surpris que la folle abandonnent leurs troupeaux et tous affolés  vont prévenir le Maréchal de Rauquelaure . Comme ils venaient de faire part à ce dernier de ce dont ils avaient été témoins d’autres bergers arrivent tout aussi essoufflés en criant  « à l’ours ». Ce dernier venait d’attaquer les troupeaux. Le maréchal convoque tous ses gens et décide de faire une battue à l’ours le lendemain. La sorcière attendra donc. Les chasseurs furent convoqués toute la nuit  à grand renforts de cors de chasse accompagné des aboiements des chiens et la battue se mit en route.

Pendant ce temps au château nous sommes en 1615.

          L’espérabon pos qu’à la fi dé jullet. Espellisquec , à l’improubisto, coumo uno perdrix, lé mayti dé la festo del siou gran patrou ; es paco qué lé batisèguen gastoun-jean-baptisto.ero maytinado, à peino si l’albo puntéjabo coumo uno ligno dé foc su’l’Roc del Mercadal, (P O) del coustat dé l’ouriant ;… »

….

Le maréchal est averti au retour de la chasse de l’heureux événement. Gaston ne faisait que brayer et n’était calmé que par le sein de la nourrice. Le maréchal tout ensanglanté avec les vêtements déchirés se précipite dans la chambre pour voir l’enfant et la mère. Mais il ne voulut rien dire de ce qui lui était arrivé. « Je vous conterai cela pour le baptême » dit-i l. L’ours avait été tué  et il fut conservé à la cave sur de la glace jusqu’à ce jour tant attendu. Et ceci fera l’objet d’une seconde narration.

Quelques temps après le baptême Madame de Roquelaure qui croyait un peu aux sorciers va consulter la voyante de Mijanés, la plus célèbre du pays, où elles étaient nombreuses.

 

L’idèo d'ana counsulta las sourcièros  y benguec parcé qué Suzànno abio bist, al castel, la pous­sédado dél roc dé la Maouro.

Sé la poudio pas tira dél cap.

En effet, Moussu dé Roquelauro, calqués jouns aprex lé filhol, andé toutis lés cassayrés s'en ban acoufigna darrè, las roucados dél roc dé la Maouro. Té roundinéjon la follo, è finissén pér l'arrapa.

Ço prumiè qué té fan, és d'y présenta un ha­billoment. La follo lé réjèto d'abort, è apey, té lé désquirro è l'éspellinco à boussis, an d'uno racho dé poussédat.

B'arpissabo tout. 

…..

Il fallut l’attacher pour la vêtir, elle criait hurlait écumait, une vraie furie. Les chasseurs l’amenèrent au château elle toujours dans son délire. La maréchale et l’aumônier la calmèrent peu à peu.

 

 A la fi pourtant s'apazimec. Sa figaro s'attézec, qoua qué flétrido, pourtabo un cachet dé nou­blésso è dé dignitat. Sa paraoulo ero douço è pléntilio. Oh ! qu'uno fenno poulido qu'èro estado ! Qu'unis traits réguliès. E aro qu'èro tranquillo , touto tristouso , lés éls alupats , semblabo Santo-Mataléno dins lé tablèou dello Spazimo dé Raphael.

Elo mounabo pos pus.

Uno soulo pensado semblabo, alabets, l'agriffa tout en tièro, é las larmes qué jisquabon dé sous els trahission sas souffrénços è sas angouassos.

A un moument, porio sous régards humidés dé larmes, su'sous coutillous. Sas camos bransou­lon è toumbo à génous. E dies lés sanglots, lins lés soupirs, entendéguen aquestos paraoulos

Soignur, moun Dious, qué dira Henric, lé miou malhurous Henric !

Parlec francés.

La souègnon pla tout lé joun, la neyt la tam­pon clins uno crambo ; mès, à mièjaneyt, préso d'un grand déliri, té rébatec pél sol lés gardiens, saouto pel la finestro, s'accrocho, s'azalbro à las broussaillos dél précipici, è, dé cént un,.... la crésion éspoutido.

Très jouns aprex; té la ban bésé su la cime dél Roc Blanc 

…..

Personne ne voulut courir le risque de retourner la chercher sur ces nids d’aigles. Tout le monde la croyait morte de froid, mais au printemps suivant elle était de nouveau sur le pic de la Loumette. Et comme chat échaudé craint l’eau même tiède personne ne put l’approcher pendant 17ans.

Les années passèrent le 25 juin 1631 Gaston avait 16 ans, Monsieur le maréchal n’était plus,  et au cours du repas d’anniversaires la conversation porta sur l’ours et sur la possédée que l’on avait vu du pic du Tarbesou au Roc de la Maoure. La mère de Gaston ne voulait pas qu’il aille l’arracher des glaciers. Déjà le jour de sa naissance elle avait eu un mauvais présage et le Maréchal avait été blesse et Gascon était né sans nez  ce qui le rendait affreux mais il compensait cela par son intelligence et sa jovialité.

Le lendemain avec ses chasseurs ils la poursuivirent sur les cimes elle finit par trébucher et ils purent la maitriser et la ramener au château.

 

Mès rés, prièros, bounos paraoulos, suplica tious, ménaços, rés, rés nou la tusto, rés nou la captibo, è parlo pos mès qu'un peych.

- Mès, enfins ! y diguec Gastoun, dits-nous toue noum ? Chi ès ?

Parlo, parlo, al noum del Cel. Coussi lès our­ses t'en pos escartipellado ?

A la fi, dissarrec las dansés.

-Lés oursés, respoun, soun mous amies... mès qué tu ! ...

Elis nié récalfon, quant è fret, è nié deychon la libertat ... E tu... qué me la bos pana ! ...

Ero bertat, lés oursés la rescalfurabôn, la mal­hurouso.

Tracado pal tor, lins aquel ourriblé séjour, penden toutos las neyts d'iber, la poussédado s'enfermabo clins calqué grotto, è s'anabo escaou­dura, arrémicoulado countro lés oursés, en par­tachan la coutcho dé terro. E nou destutabo qué per ana pesca calqué trouïto dins lé lac Blu, ou grignouta calqué poumo dé pi dira lé boss des Haros.

La dannado fousquec arrousségado al castel, è pla gardado, aquesté cop. L'abion tampado clins la crambo dé la croux, las finestros ferreillados.

Madamo dé Roquelauro è Gastoun è surtout Louiso, sa sor, la soignèguen pendes un an.

coumo très surs dé caritat. A la fi, la follo, récoubrec sa rasou. Mès jamay y pousqué guen pos arrinca lé sécret dé soun ôurigino.

 

LA FOLLE DU ROC DE LA MAOURE.

La veille de St Jan, comme les bergers avaient fait un gros feu au sommet du pic de la Maoure et qu'ils s'étaient retirés dans les cabanes qu'ils avaient fagotées avec du buget sur le bord de l'étang bleu, dans la grande forêt des Hares, ils entendent soudain des aboiements, des hurlements, un tapage, un bruit infernal que faisaient les chiens. Ils sortent d'un coup, un peu effrayés.

D'où ils étaient ils ne voyaient rien.

Ils avaient bâti leurs cabanettes sur le bord de l'étang, dans une vallée dont le sol formait comme le fond d'un saladier, vallée sombre et silencieuse entourée de montagnes à pic comme un amphithéâtre. Les montagnes étaient nues, déchirées, décharnées, brûlées par l'ardeur du soleil, pas un brin d'herbe n'avait pu s'y accrocher.

…….

Tous ces débris, tous ces éclats de pierre avaient fait une espèce de rempart autour de l'étang bleu, et empêchaient les pasteurs de voir au-delà.

- Montons sur les rochers, disent-ils.

Et tous armés, dé pics et de bâtons, de faux emmanchées à l'envers, montent et furent apeurés, effrayés, hérissés, horrifiés de peur en voyant à la cime du pic de la Maoune, une femme qui dansait la farandole atour d'un feu qui était encore embrasé et dont les étincelles qui fusaient vers les brumes retombaient en neige jusque dans l'eau de l'étang bleu. On eût dit un feu d'artifice.

- C'est une sorcière, dit l'un.

Sorcière, -     je te dompte, je te plume la queue, crièrent ensemble les bergers.

La possédée était nue, à poil, nue comme un ver.

Elle était grande, très grande. Sa peau tannée par le soleil, brûlée par le givre ardent de l'hiver, craquelée par le vent, quand elle était éclairée par le feu du brasier, avait des reflets dorés et bronzés comme la peau d'une orange trop mûre.

Vous auriez vu flotter sur ses épaules et moitié sur sa poitrine, une abondante chevelure noire comme le jais. Elle lui servait de chapeau et l'enveloppait tout à fait.

Elle gambadait, sautait, traversait, repassait sur le feu d'un saut de chevreau. On eût dit le diable infernal tenant à rôtir un damné dans les flammes éternelles.   

Tout d'un coup, elle s'arrêtait et s'avançait tout à fait au bord, au mince, mince ras du précipice, et elle avait l'air, en contemplant l'horreur des profondeurs de l'abîme, de commander aux rochers.

Dès qu'elle voit poindre les bergers, elle fuit que tu fuiras et s'en va, vole à travers les précipices, les roches, les fondrières; rien ne l'arrêtait.

Ainsi, un isard, effrayé par la balle d'un chasseur, glisse, court et se fond dans les précipices.

Les bergers plus surpris que la damnée abandonnent leurs troupeaux de brebis, de

….

On ne l’attendait que fin juillet. Il naquit à l’improviste, comme une perdrix, le matin de la fête de son grand- patron ; c’est pourquoi on le baptisa Gaston-Jean-Baptiste. C’était de bon- matin, à peine si l’aube pointait ; à peine si une faible clarté formait comme une ligne de feu sur le roc du Mercadal, du côté de l’orient.  

……

 L'idée d'aller consulter les sorcières lui vint parce que Suzanne avait vu au château, la possédée du roc de la Maoure.       

Elle ne pouvait l'effacer de sa mémoire.

En effet, Monsieur de Roquelaure, quelques jours après le baptême, avec tous les chasseurs vont se tapir derrière les rochers du Roc de la Maoure. Ils encerclent la folle et finissent par l'attraper.

Tout d'abord ce qu'ils font, c'est de lui présenter des vêtements. La folle les rejette d'abord, ensuite elle les déchire et les coupe en morceaux, avec une rage de possédée.

Elle mettait tout en charpies, en haillons.

 

« A la fin, pourtant, elle s'apaisa. Sa figure se détendit, quoique flétrie, elle portait un cachet de noblesse et de dignité. Sa voix était douce et plaintive. Oh! Quelle femme jolie elle avait été. Quels traits réguliers. Et maintenant qu'elle était tranquille, toute triste, les yeux fixes, elle ressemblait à Ste Madeleine dans le tableau "dello Spazimo" de Raphaël.

Elle ne disait plus mot.

Une seule pensée semblait alors l'occuper tout entière, et les larmes qui jaillissaient de ses yeux trahissaient ses souffrances et ses angoisses.

A un moment, elle porta ses regards humides de larmes sur ses habits. Ses jambes se dérobèrent et elle tomba à genoux. Et dans les sanglots et les soupirs, elles entendirent ces paroles: i

- Seigneur, mon Dieu, que dira Henri, mon malheureux Henri!_

Elle parla en français.

On la soigna bien tout le jour; la nuit, on l'enferma dans une chambre; mais à minuit, prise d'un grand délire, elle renversa ses gardiens, elle fauta par la fenêtre, s'agrippa s'accrocha aux broussailles du précipice et à cent contre un, on la croyait en bouillie.

Trois jours après, on la revoit sur la cime du Roc Blanc. »……..

 

Mais rien, prières, douces paroles supplications menaces, rien, rien ne la touche, rien ne l'intéresse, et elle ne parle pas plus qu'un poisson.

- Mais enfin ! lui dit Gaston, dis-nous ton nom?

qui es-tu?

Parle,

.parle, au nom du ciel. Comment les ours ne t'ont-ils pas écartelée, dévorée?

A la fin elle desserra les dents:

- Les ours, répond-elle, sont mes amis,... plus que toi!...

Eux me réchauffent quand j'ai froid, et me laissent en liberté... Et toi tu veux me la voler!...

C'était vrai les ours la réchauffaient, la malheureuse.

Figée par le gel, dans cet horrible séjour, pendant toutes les nuits d'hiver, la possédée se réfugiait dans quelque grotte, et allait se réchauffer, pelotonnée contre les ours, en partageant leur couche de terre. Elle ne sortait de la tette que pour aller pêcher quelque truite dans le lac Bleu, ou grignoter quelque pomme de pin dans la forêt des Hares.

La damnée fut traînée au château, et bien gardée cette fois. On l'avait enfermée dans la chambre de  la croix aux fenêtres grillées.

Madame de Roquelaure et Gaston et surtout Louise, sa sœur, la soignèrent pendant un an.

Comme trois sœurs de charité. A la fin la folle, recouvra la raison. Mais jamais ils ne purent lui arracher le secret de son origine.

Ce secret : à la semaine prochaine.

 PJM 

Le castor

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Malina 12/02/2012 13:28

C'est fou ce site. Je n'ai pas vu de site aussi bien documenté souvent....wow...quel travail cela doit être ....Chapeau

Malina x

Le Castor 17/02/2012 16:06



Bonjour Malina,


Nous sommes heureux d’être lu et apprécié qui de plus est par des gens d’outre atlantique….Nous avons un membre de
l’Association qui vit au Québec


Un Pied Noir…Cette « sale race*».Il y en a partout


Merci du compliment


Grosses bises


Le Castor


* Le lire au second degré