Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Vèbre Chemins Faisant
  • Vèbre Chemins Faisant
  • : Vie et Mémoire de Vèbre en Ariège, richesse culturelle et patrimoine de ce charmant petit village de la haute Ariège où il fait bon vivre
  • Contact

Recherche

Vèbre - Toutes Vos Infos

17 décembre 2009 4 17 /12 /décembre /2009 17:54

Situation et Terroir



v-bre-avion.jpg
Remarquez que toutes les parcelles sont cultivées y compris sur les terrains fort pentus d' Albies au desus du ruisseau .les arbres sont rares au Quiè




































Ci dessous La vallée de l'Ariège vu depuis le haut de la roco del paro ,en amont de la font  del mercié.. Un haut lieu où souffle le vent et l"esprit" 
campoumarel 0003campoumarel 0002-w

St pierre de Podio (Albiés) puis le quiède verdun              Vèbre ;Urs;Lasur, Luzenac au loin

Un peu en dessous la roche de caronille et les anciens champs bien visibles.Ci dessous
vaches-campoumarel- 0001
vache-campoumarel-1

Roche de Caronille et un troupeau devaches au sommet.      les dernières vaches d'Albiés ,


Les cailloux abondants servaient  à l'édification des murs de soutènements et à la construction d'abrits ,cabannes. Elles sont probablement fort vieilles.
 cabane catala entrée -009

Cabane de Catala ,il y mettait les bourriques.
Elle se situe sous la roco del parro . A proximité se trouve un pin à, crochet et quelques pieds d'airelle.






















cabane catala mur -007

cabane catala mur 008
Détail du mur



cabane Catala voute 005

cabane catala voute -006 
détail de la voute
cabane démolie
Cabane démolie construite dans un mur de soutènement














 cabanne 61 
cabanne 60
En arrivant au Graous cabane construite dans un mur  à droite l'appareillage des moellons de la voute

muraille 62

Un peu plus loin  dans une muraille cet escalier ; je n'en connais que 3 de cette facture au village les deux autres sont dans mon jardin pour relier des  parcelles en espalier. Il était alors hors de question de passer chez le voisin. 

En continuant la promenade des Graous montez à Peroufiero.Ci dessous.

















cabanne 63   



cabanne 64
   
Cette cabane s'appuie sur un talus avec un dépôt morainique . Autrefois les perdreaux et autres oiseaux y creusaient de petites  cavitées ,

muraille 57 muraille 59
La paret loungo (la muraille longue) Elle soutient les terrains en amont du chemin qui part de la bergerie pour aller à Peyroufiero .Remarquez la précision de l'appareillage des pierres.
cabanne 65
Entre Peyroufiero et Aspi une cabane en bloc morainique et calcaire.

muret pas-003

Bloc dressés marquant l'entrée d'un champ

Le bornage des parcelles se faisait aussi à l'aide de gros cailloux enfoncés dans le sol et dépassant à peine pour ne pas abimer la faux.











muret chemin 2Pas del Faoure entre Aspi et Capoumarel. Le chemin est bordé de bloc granitique dressés. sur toute les parties horizontale . Promenade agréable pour aller aux champignons. Il nous faudra songer à le remettre en état.














Les deux seuls point d'eau du quiè ci dessous
fontaine merciel 0001
Font del  mercié àprés campoumarel.
Les abreuvoirs ont été trainés par le chemin d'Albiés à l'aide des boeufs de Pagés.
Suivre le chemin des animaux pour la trouver
Il nous faudra aussi aménager Le chemin.qui y conduit.












vebre-av-04-014
source du quié
Elle se trouve en bout , côté levant ,d'une grande muraille située au dessous de la métairie de bonnet . Elle coule sous une roche plate . Le chemin , en biais qui mêne à la métairie passe quelques mètres plus bas elle se repère à une grosse station de fougères qui pousse sur le talus en contre bas.












métairie bonnet copie

Métairie de bonnet















P1050957  P1050961
A fontanille sous la métairie de Bonnet  mur de soutènement et cabane .
P1050960     P1050957-a
Détail de la cabane et aigle en vol au dessus de campoumarel.



cabane-jb
cabane de e la famille Rauzy dit le Guimbard
















cabanon lafaille -004
cabanon de Lafaille à Benaous.














LES METAIRIES

métairie 280

une des trois seules métairies restées debout  à vèbre
Ancienne métairie d'Of.










 


métairie 281  métairie 282

métairie 283   métairie 284
Un peu plus haut la métairie de Nina que j'ai connue travaillée comme la plus part des autres

métairie 285

Chemin de Vèbre à la montagne  entre la métairie de Nina Alzieu et à droite la métairie de Lafaille.

 

5.31 L'automne

10.jpg










champ à la plaine  au fond meule de tige de maïs




11.jpg




5.jpgLabours après la récolte des pommes de terre



4.jpg champs labouré en planche




cheval-patates-1-copie.jpgà la mouderette après la récolte des pommes de terre




berceaux-sur--ne.jpgEngors pour  transporter le fumier.













5.3 L'été
.
 charette-foin-copie.jpg

char---boeuf-copie.jpg

Rentrée du fourrage à caussou à l'aide d'un char à boeuf.

6.jpg

7.jpg

Fin de l'été le regain est rentré en bourrasses ; joseph et françois et joseph seul.

5. 4. LES CULTURES
5.4.2. Les cultures 

cheval-attel--copie.jpgvictor-anesse.jpg
Le temps a usé les hommes ils utilisent une petite charrette et au besoin ils remplacent le cheval trop vif par une ânesse beaucoup plus calme. Ci desus le cheval Bijoux de paul et l'anesse blanche de Victor.


La fenaison
fauchage---jus.jpg
Fauchage à Jus Au pré de George
fenaison--parpilleuse_0001-copie.jpg
2parpilleuse d'herbe , traction animale

5.4.3 Les labours

victor-labour.jpg
Victor et "le rouge" labourant à la mousse au mois de Mars, avant les plantations. 

papa-labour.jpg
Labour en profondeur en Février mars à l'aide du braban, non visible sur la photo 1972.


5. 4 4 La  vigne et les vendanges

marfoul-victor.jpgmarfoul-victor-2-1971.jpg

Marfoul et son neveu Victor à la vigne en mars et au soleil.
P1050963

Des cabanes en planches étaient construites dans les vignes . Couvertes de tôles pour récupérer l'eau de pluie nécessaire pour sulfater la vigne.

Ici cabane en pierre seiche à Clarac , vigne de Paul Poncy.







 




Vendange---Vebre-1.jpg





Vendange---Vebre-1980-2.jpg



Vendange---Vebre-1980-3.jpg


Vendange---Vebre-1980-4.jpg

Victor et jean-claude vendangeant 4 photo ci-dessus



5.5. L'ELEVAGE
Le troupeau
Les vaches

abreuvoir.jpg    retour-abreuvoir.jpg
A l'abreuvoir en hiver (1971)

veau
Les veaux se dégourdissent les jambes dans la cour.
Les Moutons


brebis-72.jpg




françois-brebis.jpg

brebis-françois.jpg


françois-départ.jpg

françois-troupeau.jpg
LA TRANSHUMANCE LES ESTIVES

brebis montagne 0001

brebis en montagne














1.jpg
= Gérieys . Le vacher  Charles, son fils ou petit fils paul, Joseph.
2.jpg3.jpg
Vaches Gascone sur les alpages
vache-1

A Beille













.Les chevaux
merens marche 


 merens la remise copie



Chevaux de merens à la font de la gailhne(beille) et à la Remise au printemps. Les chevaux ne sont pas gardés.en montagne .


merens beille 0001                                          merens-aston

à Beille et dans la haute vallée de l'Aston
merens--beille 0003  merens--beille 0002
A Beille  au dernier plan le massif de tabe avec le col de Girabal le St Barthélémy , le Soularac et la carrière des talcs detrimouns


LE CONCOURS  DES CHEVAUX DE MERENS
le concours proprement dit à lieu le vendredi à Luzenac puis à Sinsat . Il se déroule  la dernière quinzaine d'Aout.Il est suivi d'une fête du cheval de Merens à Sinsat. La manifestation attire beaucoup de monde.

chevmerens-04-004  chevmerens-04-005

chevmerens-04-011 chevmerens-04-017



chevmerens-04-018  chevmerens-04-019

merens-concours 0001  merens concours 0003 copie


Foire du 14 Septembre à Ax
Elle donnait le cours de la vente La plus importante était celle de la Saint Michel 0 Tarascon


au-foirail-jean.jpgau-foirail-mouton.jpg
 
au-foirail-vache.jpg 



foirail-ax-pag-s-copie.jpg   foirail-ax.jpg

 Deux Maquignon de Vèbre  Noël et son Père .Ils connaissaient admirablement les bêtes et étaient appréciés des vendeurs.
Le père montre une vache au loin "Aquello ada ; celle la là-bas". Il avait un coup d'oeil extraordinaire.



foirail- chèvre
ous pouvez nous confier des photo du terroir, de notre commune,  pour les faire partager . merci .
PJM

le Castor

Repost 0
13 décembre 2009 7 13 /12 /décembre /2009 23:24

La vie aux champs autrefois à Vèbre


10.jpg

 

 Situation et Terroir

Notre terre se répartit de part et d’autre de la vallée de l’Ariège sur deux sols différents. L’altitude la plus basse, environ 570 m et les pentes abruptes des versants avec des sommets à 2400m pour le Soularac au nord et le plateau de Beille à 2000m au sud lui même dominé par les pics qui nous séparent de l’Andorre ( 2900m) en font comme toute la vallée de la haute Ariège un pays de moyenne montagne ou la culture est fortement influencée par les massifs alentours. Les paysans doivent compter avec une durée de gel importante, au moins les nuits d’hiver, sans oublier les gelées tardives.

L’influence de la méditerranée se fait sentir en toute saison. Un fort vent d’autan sévit  en automne . Elle permet en hiver de très belles journées de soleil, et apporte des périodes de sécheresses en été.

Nos anciens bâtirent le cœur du village sur l’adret calcaire et dans un repli  abrité du vent d’ouest dominant. Le fond de la vallée était soumis aux inondations régulières de l’Ariège L’ubac au sud est constitué par un sol schisteux jusqu’aux métairies puis après un léger repli de terrain la pente reprend avec des gneiss jusqu’au Sillol. Au delà s’étendent les bois de hêtre, de sapin et le plateau de Gérieys.

Tout cela a donné au village des habitations groupées en des quartiers nettement séparés. De ce fait les parcelles cultivables sont souvent fort éloignées du village;elles sont grandes en plaine, accessibles aux charrettes dans le temps et maintenant aux tracteurs. Ce sont les seules qui sont encore fauchées, il n’y a plus de labours ni autres cultures de nos jours. Entre l’Ariège et le niveau du village les parcelles sont plus petites le sol y est fertile.

Au dessus du niveau du village il est beaucoup plus aride les parcelles sont souvent de petites surface. Malgré tout cela toutes les parcelles étaient cultivées avant guerre. On voit encore très bien  les murets qui soutenaient la terre des champs mis en culture jusqu’au plat de Cesse (sous les roches du Quiè).

Au sud jusqu’aux métairies, le sol fort raide, ne pouvait se cultiver qu’en prairies.

Les métairies étaient cultivées en labours et en prairies , puis uniquement en prairies et furent  abandonnées progressivement, sauf la métairie de Julien. 

Mode de Culture

Les fermes étaient exploitées en polyculture ; l’élevage étant la principale source de revenus. Les principales cultures étaient le blé, l’avoine, le seigle, le millet dans les temps plus anciens, sans oublier le sarrasin et les haricots. Comme tubercule les pommes de terre dont les semences étaient échangées régulièrement d’un sol acide sur un sol calcaire. Tous les trois ans environ  l’échange de  pomme de terre de semences se faisait avec des semences de l’Aude ou de la région de Pamiers selon les relations. La coopérative agricole de Foix apporta par la suite des semences sélectionnées pour les pommes de terre comme pour les céréales. Les betteraves avaient aussi une place importante.

Au XIX° siècle une étude nous précisait que le seigle était cultivé en plaine et le froment en soulane..

Jusqu'à la moitié du XIXème siècle, les sols étaient cultivés par assolement triennal toujours avec les mêmes cultures et toujours de la même manière d'où  un appauvrissement des sols et une baisse sensible du rendement. Par la suite ont été introduit des rotations avec des prairies artificielles qui ont enrichi les sols en azote (trèfle, luzerne esparcette, foin rouge). 

Des  formations aux méthodes modernes d'agriculture ont été organisées à partir du dernier quart du XIXème siècle puis par  des cours par correspondance.

Jusque dans les années 1880 le chemin des métairies n'était pas carrossable pour les charrettes, la route actuelle a été tracée après cette date. 

Les Quatre Saisons de la Vie aux Champs

Qui dit agriculture et élevage dit aussi travail permanent. L’année agricole commence en automne. Le paiement des fermages, le changement de fermier ou de métayer se faisait le premier novembre, jour de Toussaint. Nous séparons pour commodité l’exposé des différentes taches mais dans la réalité elles s’échelonnent aux différentes heures du jour.

L’Automne

« Les grands travaux s’y terminent. Les champs sont débarrassés de leurs récoltes. Il va falloir songer aux grands labours d’automne pour éventrer les chaumes et soumettre la glèbe aux gels de l’hiver qui la rendent meuble et saine pour les récoltes futures. »

Au début de l’automne les pommes de terre tardives comme la « Beauvais » sont  récoltées et rentrées  à la cave. De même pour les betteraves.

Les vendanges ont lieu courant octobre dans nos montagnes parfois début novembre.

Le maïs est coupé, les épis enlevés de la tige finissent de sécher sur le hangar, ils seront écossés pendant les veillées d’hiver.  Ensuite arrive  la période des labours et les semailles. Pendant tout ce temps le bêtes sont sorties tous le jours, généralement l’après –midi. Une fois les feuilles tombées des branches elles sont ramassées pour servir  de litière principalement les années de disette en paille. 

L’Hiver

La ferme tourne au ralenti mais il y a toujours du travail.

Les champs sont fumés dans l'hiver pour qu'ils puissent être labourés avant les semailles de printemps.

La coupe du bois continue en s’intercalant avec les autres travaux. A l’étable les premiers agneaux naissent suivis par les veaux un peu plus tard. Veau et agneaux font l’objet de soins supplémentaires, biberons, pour être vendu sous la mère dans le courant du printemps.

Les jours de mauvais temps le maître de maison en profite pour réparer les outils et confectionner collier et « estacs » en bois sabots et paniers.

Le grand événement de l’hiver c’est l’abattage du cochon et la préparation de la charcuterie.

Le Printemps

La famille sème du blé de  printemps, du sarrasin. Les pommes de terre sont plantées de mars à avril selon le temps et l'exposition. Le maïs et les haricots se sèment en avril. En février et mars avait lieu la taille de la vigne puis on la fumait et enfin il fallait la bécher, puis l'entretenir jusqu'aux vendanges…

Côté basse cour il ne  faut pas oublier de mettre des œufs à couver pour avoir des poulets et des canards bon à consommer en été. D’autres couvaisons sont programmées dans l’année.

Les plantes sont maintenant bien hautes mais il faut les bêcher et les sarcler et le travail est long et pénible.

L’Eté

Le gros des travaux de cette saison consiste dans la fenaison  et dans la moisson.

C'est le temps des récoltes. Les fruits sont nombreux et variés : pêches, cerisiers, pommiers poiriers, cognassier. Les noyers et les noisetiers jalonnent les bords des chemins.

Les fruits sont cuits en confiture ou stérilisés comme les légumes : petits pois, haricots, tomates.

Au XIXème siècle nos cantons étaient riches en vergés, une partie de la récolte devait être commercialisée.

Les troupeaux égayent maintenant la montagne de leur présence jusqu’au mois d’octobre.

En septembre vient l’époque du regain et de la récolte des premières pommes de terre. Et le cycle recommence 

Les Cultures

Tüo toun porc per Sant-Martí

E Coubido toun besi

Tue ton cochon à la Saint -Martin et invite ton voisin 

Le que n'a pos un porc 

Un oustal è un ort,

Tant bal que siô mort.

Celui qui n'a pas un cochon, une maison et un jardin,

tant vaut-il qu'il soit mort.  (Adelin Moulis)

 

Le cycle du blé

voir texte spécifique

Les cultures

Les habitants du village, alors tous paysans, cultivaient les champs en polyculture. Ainsi que les légumes du potager, afin d’assurer la nourriture de la famille tout au long de l’année

Certains avaient un emploi complémentaire à l’usine des Talcs de Luzenac (à partir de  1880) ou à la carrière de Trimouns «  les mines », puis à Péchiney. Le développement de l’usine des Talcs et le l’Aluminium s’accompagne de l’implantation d’une main d’œuvre immigrée qui s’est implantée en plusieurs époques. Les dernières s’étant faites pendant la guerre d’Espagne et après guerre. Elles ont permis un repeuplement, temporaire, de nos villages.

Les forges d’Urs et de Luzenac sont restées actives jusqu’au développement de l’industrie lourde et ont fermées vers 1850. Seules sont restées les forges de Gudannes qui ont cessées leurs activités à la mort de Beaudont de Mauny en 1952. La  préparation confection de charbon de bois procurait un revenu aux habitants avant l’arrivée du charbon de mine.

Autres petits revenus, dans les temps plus anciens, on y trouvait le carillonneur (campanié), le Garde champêtre, le Cantonnier, le Gardien des troupeaux en été , le Porcher et tous les Artisans traditionnels du village .

- Les céréales

Les céréales servent aussi bien à l'homme qu'au bétail.

- Blé, orge, avoine, et seigle sont les céréales courantes. D'après les livres du XIXème siècle, les villages en soulane : Unac ,Vernaux, Caussou, Bestiac, Appy cultivaient surtout le froment, alors que ceux de la vallée cultivaient plutôt le seigle . Il existait dans le passé des variétés de blé particulièrement adaptées à la montagne et très abondantes ; elles ont disparue à l'heure actuelle; Le millet était cultivé dans les époques plus anciennes. Les blés avaient dans le passé des tiges beaucoup plus grandes, les besoins en paille étant alors importants.

- Le maïs cultivé à l'époque avait des grains blancs et se plantait beaucoup de façon plus espacée que de nos jours ; les anciens disaient qu'une brebis devait en faire le tour. 

- Le sarrasin. Il n'est cultivable que si beaucoup de personnes en sèment dans le cas contraire les oiseaux dévorent toute la récolte  sur pied.

- Les légumes secs

- Haricots secs. La quantité cultivée était importante

- Les lentilles étaient aussi cultivées

Les tubercules

- Les pommes de terre, occupaient une grande place à la cave. Utilisée très tôt pour l’alimentation du bétail elles entrent dans l’alimentation humaine que sous Louis XV°.

- Le chou rave n’était pas consommés ou peu dans nos régions.

- Les betteraves fourragères entrent dans l'alimentation de tous animaux de la ferme:

- Le tubercule est mangé par le cochon

- Les feuilles sont pour les poules,

- Les vaches en mangent également mais coupées en tranches fines

- Les navets semés souvent en grande quantité  après le blé, en septembre, entraient dans la composition des soupes et accompagnaient fort agréablement les viandes. Il y en avait suffisamment  pour que plusieurs familles puissent s’en servir. Une fois montées, les feuilles et les fleurs nourrissaient le bétail. Les fleurs jaunes étaient souvent confondues avec celles de la moutarde. 

- Le topinambour il était surtout cultivé pendant la dernière guerre, j’ignore s’il était consommé préalablement

Les cucurbitacées

Les courges et autres potirons sont connues en Europe depuis la découverte de l’Amérique étaient consommées et cultivées au village. Ce sont les indiens d’Amérique centrale et du Sud qui en ont développés la culture et sélectionné les espèces, de même pour les tomates, aubergines etc.

Plantes industrielles

Jusqu'à la guerre de 14 le chanvre était cultivé dans les campagnes et il était tissé au village après avoir était filé par les femmes qui faisait ce travail assez souvent à la veillée. Le lin a du être cultivé mais nous en avons pas de trace.

Le potager

Dans les jardins, on cultive les légumes nécessaires à la famille : carottes, petits pois, haricots verts, tomates, poireaux, navets, betterave rouges, choux, fraises…

Il complète de manière importante l’alimentation fournie par la production des champs. Il produit les légumes tout au long de l’année y compris l’hiver avec les poireaux, les choux et salade d’hiver. Mais quand il gèle fort il faut  couvrir les salades la nuit et les découvrir le jour. Les poireaux se conservent  en nourrice. Arrivées à la fin de l’hiver les fleurs de choux se consommaient en salade avec des œufs (brocolis) les feuilles et le reste des fleurs nourrissait les lapins.

Actuellement nous consommons une vingtaine de plante au Moyen–âge époque où les légumes d’Amérique n’étaient pas connus, il s’en consommait environ 120 espèces. Parmi elles les feuilles de bourrache sont encore utilisées dans des raviolis, très bonnes… et les orties sont cuites en soupes ; voir les livres sur la cuisine du moyen-âge.

Les fenaisons, le regain 

. La fenaison se pratiquait à la faux et à la main. Une partie des parcelles sont en nature de prairies et fournissent l'herbe qui servira de fourrage aux animaux en hiver. Coupée à l'aide d'une faux, cette herbe, régulièrement retournée à la fourche, sèche dans le pré avant d'être ramenée à la ferme. A la fin l'été, on effectue une autre coupe d'herbe : le regain.

De nos jours le travail qui prenait un mois en plaine est effectué en 15 jours avec les tracteurs.. La fenaison aux métairies est plus tardive fin juillet début aout.

La luzerne cette plante qui enrichit le sol en azote produit 3 à 4 coupes par an. Comme elle est fermentescible il faut éviter de la donner fraiche aux animaux elle doit être rentrée bien seiche. 

Les labours

Dans les temps anciens la terre se labourait à l’araire tirée par un cheval et le plus souvent un âne, Cet outil ne comporte que deux pièces métallique le soc et le coutre. Ces outils continuèrent à servir sur les parcelles déclives du Quiè ou des Métairies car ils étaient plus légers à tirer pour les animaux de trait.

Les charrues  à deux versoirs et les mousses, à un seul, se multiplièrent  probablement au XIXème siècle.

Avec la charrue, le laboureur trace un nouveau sillon parallèle et contigu au premier une fois arrivé au bout  de celui-ci. Pour cela  il inverse les versoirs .Avec la mousse il doit  reprendre un peu plus loin. Le champ est alors labouré en planches. Le brabant qui est une grosse charrue double et monté sur roue nécessitait deux chevaux pour être tiré et donc la collaboration  de deux agriculteurs , certains étaient tractés par une paire de bœufs ,ou de vache.

La bineuse avec des dents à écartement variable s’utilisait couramment pour désherber ou sarcler.

Les vendanges

Le raisin est récolté la dernière semaine d'octobre ou la première semaine de novembre.

Le pressoir est collectif, et l'entraide dans ces villages de montagne est grande. Le raisin est écrasé et pressé dans l'étable (dans certaines maisons seulement) car la température est douce grâce au bétail, puis le jus est mis dans des gros  tonneaux en bois le temps de la fermentation

Si au bout de dix jours, la fermentation n'a pas ou peu démarré, on rajoute un peu de sucre. Le vin est tiré un mois et demi après. Les récoltes sont suffisantes pour suffire aux besoins de la famille pendant une année.  Ce vin appelé bi pétit ne dépassait pas le 9 degrés. Il était fort agréable à boire si le propriétaire avait pris soin de diversifier les cépages et s’il prenait grand soin de la futaille, dans le cas contraire il était beaucoup moins bon. Les barriques  provenaient souvent de la région de Bordeaux où elles avaient servi au transport du rhum en provenance des Antilles. Lorsque la futaille avait goût à ombre (champignons ) elle était confiée à un tonnelier qui brûlait à l’intérieur de la paille avant de refermer les fûts.

Après usage, les barriques étaient lavées plusieurs fois à l’eau avec une grosse chaîne à l’intérieur ; le tout était secoué vivement  puis les barriques étaient vidangées. Elles étaient laissées quelque temps ouvertes puis bouchées. Une mèche de soufre pour ne pas quelles moisissent, brûlait à l’intérieur au moment de la fermeture.

Tout comme aujourd'hui, le paysan doit déclarer chaque pied de vigne, chaque litre de vin, mais il ne paye pas de taxe. Il doit également demander une autorisation pour arracher sa vigne.

Le bouilleur de cru s’installait sous le cimetière il restait environ trois semaines à Vèbre. Les propriétaires avaient le droit de distiller 1000 degrés d’alcool soit 20 litres à 50°. Plus personne au village n’a le droit de distiller. Les contrôles étaient fréquent et pointilleux.  

L’élevage  

L’élevage des  vaches et des brebis fournissait  les principaux revenus.

Jusqu’à la fin du XIXème siècle, le commerce transfrontalier était intense. Il se faisait en passant par les cols, pour nous, par le port de Fontargente.  Le Seigneur de Gudannes avait soin de maintenir les chemins en état. Les Espagnols nous achetaient des chevaux, des bovins de la laine.  Pendant longtemps ils ont fait les cours aux foires de Tarascon et d’Ax les Thermes. Les Espagnols  nous vendaient, jusqu’à la révolution,  de l’huile d’olive, du sel. Le dépôt de sel se trouvait à Ax les Thermes, Le Comté de Foix consommait une grande quantité de sel. De tous temps les peuples de part et d’autre des Pyrénées se fréquentaient et faisaient du commerce entre eux, même quand les états se faisaient la guerre.  

Le troupeau

Côté bêtes les troupeaux sortent tous les jours s’il n’y a pas de neige. Par temps de neige les vaches restent dedans les moutons sortent pacager s’il y a des terres bien exposée dégagées (terrein)

Et quelque soit la saison, lorsque les bêtes sont à l’étable il faut tirer l’herbe au picot  et distribuer les différentes catégories de fourrage dans les râteliers. Ensuite lorsque les animaux vont pacager, l’étable est « défumée » et une nouvelle litière de paille était étalée, composées de feuilles éparpillées sur le sol. Pour finir quelques tiges de maïs sont distribuées dans le râtelier, ou des betteraves les vaches sont friandes de cette gourmandise et restent calmes lorsqu’elles rejoignent leurs places où le patron peut les attacher tranquillement.

Au moment de la mise bas, le fermier veille les bêtes pour surveiller les agnelages et les vêlages particulièrement  pour les premières mises bas et parce que les vaches ne sont pas libres dans l’étable.  

Le Marquis de Gudannes percevait à son époque 20 000 francs par an de fourane (les troupeaux de son ancienne seigneurie étaient  exemptés de la payer).

Avant  la montée des bêtes en estive quelques préparations s’imposent ; Les vaches sont munies de clochettes (sonnailles ou clarines pour les alpes) une marque distinctive figure sur le collier ainsi qu’une marque sur l’oreille. Actuellement elles ont un numéro agrafé a l’oreille qui correspond à une fiche signalétique vétérinaire.

Les moutons sont tondus , et ils savent ce que cela signifie . Une marque distinctive est aussi peinte sur les flancs ou la croupe, ainsi que le numéro vétérinaire. Les moutons demandent des soins attentifs tout au long de l’année principalement au niveau des pieds.

Et pour tout le monde il ne faut pas oublier la piqure, charbon, fièvre aphteuse tuberculose etc, les porcs ont droit a leurs vaccinations obligatoire également.

Ouf….la fête de la transhumance peut commencer pour les bêtes comme pour les hommes et à la grande joie des enfants

Le bétail montait alors en estives vers le 8 mai….pour ne redescendre que mi octobre  Dans les  registres du XIXème siècle, les gardiens de troupeaux étaient loués du 1er mai au 31 octobre

Après la descente des estives, le bétail restait 3 ou 4 semaines aux métairies, pendant les quelles il  sortait le matin pour rentrer le soir. Les adolescents se chargeaient de ce travail.

Ceci se perpétrait jusqu’à la mi-novembre, tant que les conditions météorologiques le permettaient.  Le gardien de troupeaux revenait aux métairies au printemps suivant. Il y avait alors  du monde  sur cette partie du village et quand les jeunes se retrouvaient entre eux les bêtes  n’en faisaient qu’à leur tête, les veaux courraient un peu partout et les gardiens devaient courir beaucoup plus pour les rentrer dans la grange avec en prime une « remontée des bretelles »  par le père le soir.   Ainsi, le bétail était sorti chaque jour dans les près sous surveillance permanente. Il était hors de question de laisser divaguer les animaux sur les terrains du voisin, le garde champêtre veillait et verbalisait si nécessaire.

Il n’y avait pas alors, de clôtures électrifiées et le bétail ne passait pas les nuits à la belle étoile.  

Les vaches

Toutes les fermes possèdent des étables ou les vaches sont attachées a la crèche à l'aide de collier en bois (estact) et d'une chaîne. Les vaches sortent pacager tous, les jours sauf lorsqu'il fait trop froid ou par temps de neige en hiver. La vente des veaux est la principale source de revenus. Les veaux naissent au printemps, ils sont vendus sous la mère ou à la descente de la montagne pour la foire du 14 septembre à Ax lrd Thermes ou de la Saint Michel fin septembre à Tarascon. Le trajet se faisait à pied jusqu'à ces deux villes.  L'ouverture du marché commun a été dans les années 50 une véritable avancée pour la vente des veaux qui étaient achetés principalement par les Italiens.

Avant les années 1880 les vaches allaient boire à la rivière  car il n'y avait pas encore de lavoir ni d'abreuvoir. La lessive se faisait aussi à la rivière.

Le matin au printemps c'est la fête pour les animaux domestique, chat et chien. A huit heures les veaux sont mis à téter, le surplus de lait est trait dans un seau, Médor et Minou attendent bien sagement devant la porte que la traite soit terminée pour avoir leur écuelle de lait. Il y avait peu de vaches laitières à Vèbre, celles -ci restaient à l'étable l'été.

Les brebis

Les moutons sont gardés sur les pentes du Quiè, dans les prairies ,dans les jachères   et rentrent  à la bergerie le soir. Les moutons quant à eux sont parqués dans l’étable. Les béliers ont leur parc à eux et les brebis qui vont mettre bas ou qui ont les agneaux sont séparées des autres. Les agneaux naissent fin de l’automne et en hiver . Il faut souvent leur donner le biberon lorsqu’ils sont trop faible. Ils sont engraissés pour être vendus au printemps pour les agneaux de lait ,les broutards sont vendus en automne.

La production de laine était importante en Ariège et dans le comté de Foix . Elle était tissée au village pour les besoins personnels mais le plus gros était filé et tissé dans la région de Lavelanet. Les éleveurs acheminaient la laine par en fardeaux par le col de la Peire qui se trouvait entre le pic de Trimouns et les flancs du St Barthélémy .Le pic a été rasée par l’exploitation du talc  

Les troupeaux de brebis étaient souvent accompagnés de chèvre . Certaines étaient gardées au village l’été pour le lait ; A une époque le maire a pris un arrêté pour que les chèvres soient menées en laisse dans le village , pour aller ou venir des pacquages, et cela à cause des dégâts qu’elles provoquaient. Ces animaux sont friands des bourgeons des arbres. Souvent les vieilles chèvres conduisaient le troupeau de brebis.

La transhumance, les estives

Les gardiens, habitants de la commune le plus souvent, sont  nommés sur décision du conseil municipal. Seul le maire est habilité à leur donner des ordres.

Les gardiens à l’époque étaient au nombre de deux par troupeau soit 6 en tout : 2 pour la vacherie, 2 pour le troupeau des brebis à laine que l’on appelait troupeau commun et 2 pour les brebis à lait que l’on appelait bergerie. Le fromage était préparé dans les orris.

La fabrication du fromage semble avoir cessée vers 1914 ou un peu avant. Il y avait vers 1880 400 vaches pour les trois communes de Vèbre Urs et Lassur et 2000 moutons.  

Les vaches montent à la montagne de Géryes mi mai, puis le troupeau tourne sur les différentes jasses : Beille , Dédort  il  passe tout l'été sous la surveillance du vacher.

Selon certaines personnes le vacher trayait les vaches matin et soir et fabriquait  des fromages, qui étaient redistribué aux villageois, proportionnellement au nombre de vaches leur appartenant, mais cela a du être abandonné depuis fort longtemps. Nos troupeaux sont essentiellement des bêtes à viande. Aucune mention n’est faite dans les délibérations lors de la  location des vachers concernant la fabrication des fromages. Il est clairement spécifié qu’il est interdit aux vachers de faire du bourassat (variété de fromage).

La montée en estives, ainsi que le retour, se faisaient à pied entre le village et Girieys puis Beille par les petits sentiers muletiers). Depuis qu’il n’y a plus de transhumance à pied les quelques troupeaux restants montent en bétaillère) les chemins et une grande partie des jasses sont devenues impraticables.

Les brebis étaient gardées par un berger qui était nourri de la même manière que le vacher Les deux percevaient un salaire et les allocations sociales (après leurs institutions) Elles montaient un peu plus tard que les vaches selon les années.

Avant 1940 il y avait un vacher et un aide vacher et de même pour les bergers.

Le vacher et le pâtre étaient chargés de garder les troupeaux ils restaient sur place à la montagne, pendant toute la durée des estives. Lorsqu’il y avait deux pasteur par troupeau ils ne pouvaient pas descendre tous les deux ensemble. Les gardiens sont responsables pécuniairement des dégâts  causés aux jeunes taillis lorsque la faute leur incombe dans le cas contraire la commune payait . Nous en reparlerons dans les affaires diverses de la commune.

Les brebis pacagent beaucoup plus haut que les vaches; elles redescendent vers le 15 août quand le temps se rafraîchit et se cantonnent sur des versants mieux exposés et plus protégés du vent. Avant 1914 il y avait un troupeau à laine et un troupeau de brebis à lait pour la confection des fromages. Le fumier appelé eicher, était récupéré  à tour de rôle, autour de l’orri, sur la jasse où les brebis à lait dormaient.  

Une fois par semaine, selon un calendrier établi les familles montent à pied. Le ravitaillement aux estives (fournitut), les baluchons sont arrimés sur le dos du cheval. L'eau de vie qui sert aussi bien à se réchauffer (50°) qu'à soigner les plaies du vacher et du troupeau (titre 90° pour cette dernière) n’était pas oubliée.

Les propriétaires, par groupe de deux ou trois, partaient très tôt le matin, à pied, par les chemins muletiers pour ne redescendre que tard le soir.

Pour aller à Gérieys ou Dédort nous partions à 5 heures et pour Beille, le départ s’effectuait à 4 heures, avec un lever beaucoup plus tôt

Souvent, les veaux naissent à la montagne et le vacher leur attribue des noms de baptême. Le troupeau redescend au village mi octobre, fin octobre selon le temps.. Une partie des bêtes était descendue pour la foire de St Michel à Tarascon le 29 septembre ; c’était la foire la plus importante de l’année.

Les produits des vaches et des brebis étaient le principal revenu du ménage.

Les ânes et les chevaux

Ils servent essentiellement aux travaux des champs, tirent la charrette ou la carriole et servent quelquefois de moyen de locomotion. Pour se transporter  à Ax les Thermes ou à Tarascon, on utilisé une carriole (maraîchère). C’est un attelage constitué d’un plateau plus petit que celui de la charrette il comporte un siège et un espace à l’arrière pour porter légumes volailles lapins etc…Les roues sont plus hautes que celles de la charrette 

Avant la réfection du chemin de Vèbre à  la Remise la pente était de 15% ce qui limitait l'utilisation des charrettes. Jusque vers la fin du XIX° siècle les familles avaient des ânes ou des mulets, quelques unes possédaient une paire de vache ou un cheval  et seule la ferme du château puis les familles Pagés, Rouzoul et Maury avaient des bœufs.

Les juments et leur poulain passaient aussi l’été, comme de nos jours, en montagne. Cette transhumance à rendue la race des chevaux de Mérens résistante aussi bien au froid qu’a la chaleur et lui a donné une excellente sûreté de pied sur les terrains escarpés.

Les cochons

Ils constituait la principale source de protéines et de graisse. Les maisons étaient peu chauffées, les paysans devaient affronter les conditions climatiques rudes toute l’année . Dans les temps plus anciens un troupeau de cochon communal était constitué. Le texte ci-dessous est tiré de l’étude sur le choléra dans le Lordadais publié par Pierre Mercier dans le Bulletin scientifique et artistique de l’Ariège.

A Gagaranou le Meunier et le Gardien de cochon meurent.. Le texte nous éclaire sur l’élevage des cochons

La constitution de troupeaux communaux de porcs est un fait peu connu. Ici en 1854 le gardien des cochons à Garanou est l'un des derniers à avoir exercé cette fonction. Mais laissés en liberté les porcs font des dégâts : aussi le 24 mai 1868, un arrêté publié à l'issue de 1a messe, prescrit tous les cochons doivent porter une muselière, sous peine de 25 centimes d'amende ! A Vèbre, en 1857, le conseil municipal nomme une femme pour garder les cochons ; tous les habitants doivent lui confier leurs bêtes et verser une mesure de seigle pour l'année et par tête, comme salaire de la gardienne ; en 1865, on se plaint que des habitants refusent de remettre leurs porcs au troupeau communal et les confient de jeunes enfants, d'où des dégâts. Les édiles interdisent ces pratiques. le 16 février, sauf si les habitants veulent garder leurs cochons chez eux. En 1868, les conseillers de Vèbre fixent la date de l'obligation faite aux habitants de confier leurs porcs au gardien communal : du 17 mai au 1"r novembre. En 1863 les notables d'Axiat réglementent les modalités; du troupeau de porcs : le porcher communal reçoit pour la garde de tous les porcs du village, entre le  Ier mai et le 1er octobre, une mesure de seigle et 6 livres de pain par bête, et entre le 1er octobre et le 1er  mai, 8 livres de pain seulement. Tous les paysans doivent lui confier leurs cochons ; sont exemptés les portées de truies et les cochons destinés à être engraissés au profit des habitants. Cette habitude de garder en troupeau communal les cochons d'un village a dû exister  très anciennement. Dans le dénombrement du 22 décembre 1672, on décrit la châtellenie de Lordat et on cite ce lieudit : le Coumel de la Pourcatière, au nord de Caussou, entre Fontalbe et Basqui. On désigne ainsi, en patois, la pourcatière, la « gardeuse » de porc-, (barrière –Flavy C., dénombrement  du comté de Foix ... 1889 p. 75, n. 1).

D’après ce texte (Axiat) il semblerait que les paysans élevaient des porcs qui n’étaient pas pour eux. Les contrats de gazaille étaient courants. Les  cochons de cette époque devaient avoir une bien meilleure saveur que ceux élevés en «usine» 

Le Bois

L’outillage pour « faire le bois » est fort simple , pas de tronçonneuse et de pollution, une grosse hache , une scie passe partout, un pic pour remuer les billes de bois de grosses chaines munies de crochet, des coins et une masse pour le refendre puis une scie à bûche.

On dépose directement sur le "carrasse" (traîneau) les branches et petit bois coupés que l'on ramène de la montagne, il est tiré par un cheval. Pour le confectionner, on partage un tronc d'arbre en son milieu. La partie arrondie glisse sur le sol. Sur la partie coupée, le paysan cloue des planches sur lesquelles on transporte du fumier ou du bois. Si « le carasse » est tiré par un cheval, on trouve un anneau de chaque côté, s'il est tiré par une paire de bœufs, on trouve un mât.

La coupe se faisait donc à la cognée  et le son de la hache qui frappe l’arbre s’entendait fort loin

Les gros arbres étaient débardés  par un cheval qui tirait selon la taille un à trois arbres qui étaient coupés aux  métairies. Jusqu'à la dernière guerre le bois de chauffage se coupait dans les quartiers du Sillol et  de Gérissous. Les grumes étaient entreposées au Castagné où elles étaient ensuite tronçonnées au passe partout puis fendu et enfin tirée à l'"oustal". Ce travail  se faisait en hiver; Le bois ainsi coupé séchait un an avant d'être brûlé.

La coupe du bois continue et surtout le débardage sur les tires bien gelées. Vers la fin de l’hiver les troncs sont sciés et fendus en estédos puis les tourols et estèdos sont empilées en « lenhes ». Ils seront brulés l’automne suivant.

A Vèbre Antoine Maury (originaire de Saurât) était outre son exploitation bucheron et il débardait les bois à l’aide d’une paire de Bœufs.  Il acceptait des travaux jusqu’à Mérens.  

Les Travaux divers

Le Travail du Bois

Les jours de mauvais temps d'hiver sont ceux où se répare les outils et du travail du bois Le patron redente les râteaux , confectionne des paniers, corbeilles en osier ou en peau de noisetier . Les collier pour les sonnailles (canaoulos) et les  colliers de bois servant à attacher les animaux (estacs) sont façonnés à cette époque. Les colliers ébauchés dans un morceau de noyer macèrent  dans le fumier de cheval pour les assouplir, un mois ou deux après, le patron les plie  en U pour les estacs et en forme de G pour les canaoulos. Ils les perce pour insérer la clé de bois. Chaque homme était plus ou moins spécialisé mon père faisait des paniers et corbeilles en noisetier, joseph Soulié en plus des paniers confectionnait des canaoulos, des estacts et des sabots  (en noyer), Jean Lafaille travaillait très bien l'osier rouge (blinse).

La forge

Les outils sont façonnés aux forges d'URS ou de Luzenac avec le minerai de fer qui provient de la mine de Lassur et aux forges de Gudannes à Château-Verdun.Il était fondu selon la technique des forges catalanes  Autre forge resté longtemps en activités celle de Niaux .

Le Maréchal-ferrant était un artisan quasi indispensable au village  outre le ferrage des chevaux ânes et bœufs il affutait les bêches et autres outils araires comme les coutres des charrues il confectionnait aussi les clous et puntaroles ( grosses chevilles métalliques) pour les charpentiers ainsi que les croix pour le cimetière etc…

Le dernier forgeron du village, Emile Joucla, habitait à la Remise. L’emplacement de la forge à La Remise n’est pas du au hasard. Le relais de diligence et la remise des chevaux se trouvaient à coté de la forge et l’hostellerie au Coche. 

L’élevage et l’abattage du cochon

Voir chapitre spécifique 

La Basse Cour

Pour varier leur alimentation, les familles élèvent des lapins dans des clapiers, des pigeons, des coqs, des poules et des canards qui circulent en liberté dans la cour de ferme. Par contre, les poules de la Riote aiment picorer le Coulommiers toute la journée, le soir, elles sont rassemblées dans leur poulailler.

Il arrive que quelques poules ou lapins disparaissent, les chapardeurs sont parfois identifiés :

Les renards qui rôdent souvent autour des poulaillers. Des pièges permettent de les capturer.

Les buses ou les petits faucons qui nichent sur le Quiè.

Les canards et oies demandent un espace important pour leur élevage ; il n’y avait donc que les fermes construites au milieu ou en bordure de leurs  terres  qui en élevaient.

Ce chapitre  serait incomplet s’il n’abordait pas la maison (l'oustal) qui comprend:

-  Sa conception

-  Ses occupants, souvent trois générations

-  La maîtresse de maison son travail , son rôle , et les relations inter générationnelles. De la bonne entente des occupants dépendait presque toujours la bonne marche et la prospérité de la ferme.

Nous aborderons cela ultérieurement.
PJM
Le Castor

Repost 0
17 juin 2009 3 17 /06 /juin /2009 15:00

Le Dépiquage au fléau en Ariège
Le Dépiquage, c’est l’action d'égrener les céréales, par foulage, par roulage, par flagellation ou par battage

Dépiquage par foulage en 1941 en provence ci dessous

  

Les gerbes sont prétes à être dépiquées
Batteuse et Tarare

Le blé était dépiqué initialement au fléau ou au manège activé par un cheval ou un âne.

Ensuite arriva la batteuse composée d'un tambour muni de dents tournant à l'intérieur d'un cylindre également denté. Initialement le tambour était mu par une manivelle actionnée par 4 personnes puis il a été mis en rotation par un moteur électrique. L'électricité est arrivée au village en 1927. La batteuse électrique tournait dans toutes les familles pendant toute la saison du dépiquage. Il durait en général une journée pour les plus petites exploitations et plusieurs jours pour les plus grandes. La paille était entassée en pailler ou rentré dans les granges. Les grains de blé étaient séparés des pailles en faisant glisser la paille sur le sol puis ils étaient passés au tarare "bentadou" pour être séparés des bales (bonjour la poussière)

Par la suite un entrepreneur de battage s'est chargé de l'opération. La batteuse, énorme monstre rugissant, frappant et soufflant, dépique les épis, la paille ressort en botte et les grains ensachés. Quelque soit la technique les grains étaient tirés au grenier, sacs de 60 à 80 kilos, qui étaient fort lourds.

Le dépiquage par l'entrepreneur avait lieu sous le cimetière, les familles se regroupaient et louaient la batteuse. Chaque famille payait selon le temps qu'elle l'avait utilisée pour dépiquer. C'est l'occasion de se retrouver a midi et le soir entre voisins pour faire un bon repas réparateur. Ce travail d'un rythme soutenu, quelque soit la technique, est très fatiguant.

Le blé était emmené au moulin d'Urs, transformé en farine il servait à la confection du pain, et à l'alimentation des volailles. On  laisse une mesure de farine pour dédommager le meunier que l'on ne paye pas en espèces. Le moulin et la scierie de Vèbre ont fermé en 1917.

La paille sert de fourrage et de litière aux animaux en hiver. La paille était importante et les blés de l'époque avaient une longue tige, Ils versaient facilement sous les orages violents, d'où des récoltes diminuées

La journée du dépiquage se préparait  la veille par la mise en place de la Batteuse et de son moteur. Les deux doivent être bien horizontaux dans le sens de la largeur car dans le cas contraire la courroie d'entrainement saute. Le moteur était branché directement sur les fils électrique au niveau du poteau, après demande à l'EDF. La tension était alors de 110 volts et le propriétaire s'acquittait d'un forfait selon le temps du battage.

Coté cuisine la maitresse de maison et les filles s'il y en avait avaient fort à faire pour plumer les volailles  et préparer les plats pour le lendemain. Les premiers réfrigérateurs ne sont apparus que dans les années 50 et fort lentement;

Les sacs destinés aux grains avaient été préparés bien avant de même que les "bourrasses " destinées à, recevoir les grains.

Le jour du dépiquage était une véritable fête, mais d'abord une  grosse journée de travail très pénible au milieu d'un  de poussière. Les  estivants jeunes ou plus âgés aimaient bien participer. Mais les pique-assiettes n'étaient pas bien vus s'ils ne travaillaient pas. La journée commençait le matin vers les sept heures avec une pause pour le dé jeuner, bouillon, charcuterie vin  fromage, la pause terminée le travail reprenait jusque vers une heure. repas consistant  puis repos sur le foin et on reprenait quelque soit la chaleur jusqu'au soir. On pouvait alors se restaurer copieusement sans oublier le vin et l'eau de vie. Ce travail demandait beaucoup de main d'œuvre et quelques jours après on recommençait chez une autre famille.

Les photographies ci dessous ont été faites par nos soins lors du dépiquage du blé organisé sur la place des Cabannes cet été. 

 


ci-dessous - Une mesure à grain














Ci-dessous - Pierres à affuter dans la "coudièro"




en haut de l'image les "bindo" qui servaient à lier les gerbes 










ci-dessous Faucilles (boulant)





























Gerbes de blé et détail montrant la lie















Ci-dessus Dépiquage au fléau
Ci-dessous Gerbe préparées pour le battage


















Ci-dessous - Détail du fléau















le blé aprés flagellation


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le danger lors de ces journées venait des orages qui pouvaient mouiller les grains .
Source Jean Michel Poncy

Le Castor 

 

Repost 0
16 juin 2009 2 16 /06 /juin /2009 00:52

5.1.3. Le Dépiquage à la batteuse

 

 

 

photographies   ci dessous ont été faites par nos soins lors du dépiquage du blé organisé sur la place des Cabannes cet été.  Ce fut une excellente initiative et une bonne reconstitution du battage du blé.
Batteuse et Tarare


Ci-dessous Gerbes de blé et détail montrant la lie















L'équipe de la batteuse
Le tablier est approvisioné en gerbes.










Les gerbes sont déliées

Le batteur  étale les épis sur la table avant de les enfourner. Il les manipule par le bas de la tige pour ne pas se faire haper les main .Le tambour n'est pas protègé .
















L'équipe devant la bateuse fait courir la paille sur les bourasses au nombre de trois ,les grains restent sur celles-ci.



Ci-dessus Le Vannage
Ci dessous Le contenu des bourasses est transféré dans la trémie du tarare















Ci-dessous le vanneur tourne la manivelle qui actionne un ventilateur avec des pales en bois et inpulse un mouvement la téral alternatif aux tamis














Ci contre, les bales sont expulsées à l'arrière et le grain glisse à l'avant.
Les grains étaient le plus souvent ensachés et conservés au grenier. Les fermes plus grandes implantées au milieu des terres avaient elles la place suffisante pour les grains dans des remises au niveau du sol il fallait éviter l'humidité.
Les balles d'avoie étaient souvent utilisées pour faire des paillasses.
Le paillet

ci-vcontre - La fourche est enfoncée vivement dans le tas de paille et ensuite levée au dessus de la tête. Puis elle est acheminée jusqu'au paillet ou dans la grange. Il fallait souvent gravir une échelle parfois longue avec la paille au bout de la fourche..
Les enfants souvent  la tassaient dans la grange après quelle eut été éparpillée.
La meule est constituée en tassant la paille  autour d'un mat appelé "estibet ".  Elle se termine en pointe pour éviter les infiltration d'eau.
La paille de séigle, qui est plus longue,  servait à la confection des paillassons (moules pour la pate à pain) et  dans ce cas elle s'utilisait non écrasée.
Elle était aussi utilisée pour la couverture des chaumières.

Ci-contre, les balais sont fabriqués avec des branches de bouleau ligaturées avec de l'écorce de noisetier,ou plus simplement du fil de fer













Source jean Michel Poncy
Castor

Repost 0
14 juin 2009 7 14 /06 /juin /2009 00:37

Ariège Pyrénées - Les Semailles et moissons

 

Les semailles se font après les labours d'automne pour que le blé pousse pendant l'hiver. C'est la première culture du cycle de l'assolement, elle a besoin de beaucoup d'azote, apporté par le fumier. Les pommes de terre et autres tubercules consomment des phosphates.

Le blé de printemps était semé chez nous si celui d'automne n'était pas "joli", mais dans des villages d'altitude il est semé au printemps à cause du froid en hiver. Les grains de blé sont d'abord traités par une solution de sulfate de cuivre, qui a été préparée à chaud, cela afin d'éviter le pourrissement. Les semailles suivent ce traitement.

http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/2/48/80/26/Jean-Fran-ois-Millet-le-Semeur.mht

http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/2/48/80/26/Van-Gogh-le-Semeur-au-coucher-du-soleil.mht

Photo des tableaux du semeur de Millet et de Vangogh
Le Semeur

C'est le moment crépusculaire ;

J'admire, assis sous un portail,

Ce reste de jour dont s'éclaire

La dernière heure de travail.

Dans les terres de nuit baignées,

Je contemple, ému, les haillons

D'un vieillard qui jette à poignées

La moisson future aux sillons.

Sa haute silhouette noire

Domine les profonds labours.

On sent à quel point il doit croire

A la fuite utile des jours.

Il marche dans la plaine immense,

Va, vient, lance la graine au loin,

Rouvre sa main et recommence;

Et je médite, obscur témoin,

Pendant que, déployant ses voiles,

L'ombre, où se mêle une rumeur,

Semble élargir jusqu'aux étoiles

Le geste auguste du semeur.

Victor Hugo 

En ce vingtième siècle où la machine a conquis tous les domaines, ce tableau n'est plus d'actualité. Aujourd'hui les vastes champs de blé qui étalent leur moisson dorée dans l'immense plaine, sont sillonnés de machines perfectionnées qui moissonnent, lient, battent le grain et l'ensachent, le tout en une seule séance. Aussi, plus de faucille, plus de faux, plus de javeleuses, plus de lieuses, plus de moyettes. La plupart de ces pénibles travaux sont supprimés, de même que ces rentrées joyeuses et triomphales, sur un char décoré, lorsque le travail était terminé.

Cependant, dans quelques contrées montagneuses où la machine ne peut évoluer, on voit encore les moissonneurs armés de la faux, et même de la faucille ; et, sans se soucier du temps qui marche et de la technique qui court, ils exécutent leur besogne selon la coutume d'antan. »
Adelin Moulis nous peint dans ce texte des moissons de nombreux moissonneurs ainsi que la  dernière charrette  de gerbes ornée d’un bouquet.

«   Pour le dernier repas des moissons les gens chantaient des chansons traditionnelles : La cansou  dels segadous (la chanson des moissons), Sègo ras ( moissonne ras) Sus la rastoulho del froument (sur le chaume du froment),

La sibadeto (la petite avoine).
Dans le pur dialecte de l'ancien comté de Foix, l'auteur a composé, sur le sujet, un rondeau redoublé, que voici »
« Quand à peno s'ausis le prumiè Gant del poulh, 
Les segaires tems a qu'an passat le boussoulh.
Dins le pourro bentrut a pichat la barrico ;
 E dins le gargalhol un rajol s'esparrico.

A l'aurièro del camp le dalh bite se pico,
E le martèl curbis le clouquiè que repico.
 Apèi cadun se bouto à trabèts le restoulh,
Quand à pennon s'ausis le prumiè tant del poulh.
Le soulelh es pla caut ; le doulent tabas pico.
Oumbro, demèts le blat, nou s'en trobo pas brico.
Dins aquel calimàs on dirio que tout boute.
Les segaires tems a qu'an passat le boussoulh.

De manejà le Dach mès d'un ja n'es sadoulh.
Un top de bi fresquet aisidoment s'engoulh,
Boutan un boun fumet à trabèts la nasico.
Dins le pourro bentrut à pichat la barrico. 

A miètjoun, quand se tourno ausi le Gant del poulh,
Toutis s'en ban dinnà, la sièto sul denoulh,
E la fregon soubent and'un quinjou de mico ;
E dins le gargalhol un rajol s'esparrico. » 
Traduction 
« Lorsqu'à peine s'entend le premier chant du coq,
il y a longtemps que les moissonneurs ont franchi le seuil.
Dans la cruche de verre ventrue a coulé la barrique ;
Et dans le gosier un jet s'éparpille.
A la limite du champ on martèle vivement la faux,
Et le marteau couvre le clocher qui carillonne.
Ensuite chacun se met à travers le chaume,
Lorsqu'à peine s'entend le premier chant du coq.

Le soleil est bien chaud; le méchant taon pique.
De l'ombre, parmi le blé, il ne s'en trouve pas du tout.
Dans cette chaleur étouffante on dirait que tout bout.
Il y a longtemps que les moissonneurs ont franchi le seuil.

De manier la faux plus d'un en est certes rassasié.
Un coup de vin bien frais aisément s'avale,
Mettant un bon fumet à travers la narine.
Dans la cruche de verre ventrue a coulé la barrique.

A midi, lorsque s'entend de nouveau le chant du coq,
Tous s'en vont déjeuner, l'assiette sur le genou,
Et ils la frottent souvent avec une grosse miche ;
Et dans le gosier un jet s'éparpille. »
Adein Moulis :Tradition et coutumes de mon terroir édition de l’auteur . Imprimerie du champ de mars  Saverdun 1972 
A notre époque (après 1945)  il  n’y avait plus qu’un seul moissonneur ,le père et  le bouquet de la dernière charrette n’était plus accroché . Dans les repas  du dépiquage  et autres la conversation se faisait en patois mais sans champ patois ou très rarement. Les personnes les plus âgées devaient les connaitre mais ne les chantait plus ou très rarement. La radio  et l’école étaient passées par là.

Un mot sur le patois mon père, né avant 1920 le parlait avec les gens du village et français avec les étrangers. Mon oncle et ceux de sa génération, nés après  cette date  parlaient français  bien qu’ils le connaissaient et le parlaient parfaitement

 

 




Le blé une fois sorti de terre il n'y avait pas d'autres traitements effectués sur le champ. En même temps que le blé on ensemençait parfois du trèfle qui poussait après le blé et restait bas. Il se développait sur les chaumes si tôt la moisson terminée. 
La moisson
Elle se pratique lorsque le blé est bien mur et par conséquent au plus chaud de l'été. Entre le 14 juillet et le  15 Aout selon les années.  Le blé était fauché, parfois coupé à la  faucille lorsqu'il était trop couché Avant le XIX siècle les faucilles étaient dentées et le blé scié . Les dents des faucilles primitives étaient en silex, les faucilles à lame lisse apparurent dans les régions de montagne vers les années 1840.  .Pour cet usage la Faux est munie d'un harnais à  4 grandes dents en bois , dites javelier, qui couche les tiges toutes du même coté. Une fois coupées elles sont levées en brassées à l'aide d'une faucille pour confectionner des gerbes. Dans les champs de la plaine on pouvait utiliser une moissonneuse tractée par des chevaux. Il est encore possible d'en voir dans les musée agricole (Forge de Pyrène et, Niaux)
Les gerbes de blé étaient entassées dans les champs en moyettes (cavalets ,tabel, coumptes), 4 fois 5 gerbes entassées en croix, ou quillées par 10 les épis vers le haut, a dixième couvrant les autres. Adelin Moulis nous dit que les moyettes comptaient 15 gerbes et deux moyettes devaient faire un sac de grain (1 hectolitre). Lorsque les gerbes n'étaient pas rentrées immédiatement elles étaient conservés en gerbier, meule de gerbes qui ont les épis à l'intérieur du tas.
Gerbiers sous le cimetière ci dessous
Les tas de gerbes en moyette sont une survivance de la dîme. Les paysans , à l'époque, ne pouvaient rentrer le blé et toutes les autres récoltes, que lorsque le percepteur de la dîme avait compté les gerbes , d'où des tas de 20 ou 10gerbes. Une gerbe sur 10 revenait à l'église.
Les gerbes étaient rentrées sur des charrettes tirées par des chevaux , et dans les temps  plus anciens par des ânes  ou des vaches . elles étaient entassées dans les hangars et si l'on manquait de place en gerbier dans la cour ou sous le cimetière pour ceux qui habitaient le quartier.
Victor Hugo nous a décrit les semailles dans le semeur  Adelin Moulis nous rapporte un rondeau chantant la moisson
Moison et bouquet de moisson
Perdus dans la vaste étendue des champs, sous un soleil de plomb, les moissonneurs sont à la rude école du labeur. Ils sont là une vingtaine, alignés en arc de cercle et, courbés jusqu'à terre, leurs faucilles grignotent à petits coups les tiges drues du froment, tandis que derrière eux les javelles dessinent sur le champ un damier gigantesque. Ils ont quitté la ferme dès l'aube naissante et ils ne la retrouveront qu'à la nuit close, lorsque les bruissements du peuple des guérets succéderont aux rumeurs d'une journée de canicule. Après un repas copieux, ils iront dormir à poings fermés jusqu'à l'aube nouvelle...
Source jean michel Poncy
Le Castor

Repost 0