Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Vèbre Chemins Faisant
  • Vèbre Chemins Faisant
  • : Vie et Mémoire de Vèbre en Ariège, richesse culturelle et patrimoine de ce charmant petit village de la haute Ariège où il fait bon vivre
  • Contact

Recherche

Vèbre - Toutes Vos Infos

17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 16:08

Le Porte bûches, premier pas vers le panier

 

7osier168

Les fiches techniques ci-dessous sont extraites de l’ouvrage Vannerie  de Didier Carpentier et Joël Bachelet aux éditions Manu presse 1980 imprimé par Pollina, 85 400, N° 2758 

Chez nous les paniers et corbeille se fabriquaient avec de l’osier rouge appelé blinse en patois.  Il  ne restait presque plus de pieds à Vèbre, j’en ai bouturé plusieurs et nous pourrons à l’avenir avoir suffisamment de  branches pour confectionner quelques paniers et corbeilles.

Vous pouvez aussi utiliser les saules sauvages du bord de l’Ariège Ce sont les branches d’une année qui sont utilisées. L’ouvrage cité ci-dessus en référence  ne  mentionne pas la fabrication des paniers Il faut donc prendre les éléments dans les techniques suivantes.

Le fond circulaire est le même que celui de la corbeille à fleurs en planchette, pour les paniers allongés prendre le fond de la corbeille à pain. Le côté se tresse comme celui de la corbeille à pain et l’anse est celle du porte bûche.

A Vèbre j’ai connu Jean Lafaille qui travaillait très bien les blinses (surnom de la famille: la douceur). La première chose pour pratiquer ce genre d’ouvrage est d’aimer le travail manuel et de vouloir s’investir dans la vannerie. Ce travail n’est pas très compliqué il demande de la patiente , de la persévérance etde la desterité; Je me suis essayé à faire un panier en noisetier et un en blinse le travail était loin d’être parfait mais avec un peu de patiente j’y suis arrivé. Documentation en ligne

http://siubhan.freetzi.com/vannerie/osier.htm http://www.vannerie-de-steph.fr/osier/technique-anse-panier-osier.htm http://pimprenelle34.canalblog.com/archives/2010/04/05/17471114.html http://www.ec-moulin1-villeneuve.ac-versailles.fr/spip.php?article296 Le vannier ci -dessous part sur un panier à cote comme ceux en noisetier et le remplit avec du sole rouge pas mal.

http://carbay.pagesperso-orange.fr/vannier.htm

A la Bibliothèque Nationale sur le site en ligne gallica:

http://gallica.bnf.fr/Search?ArianeWireIndex=index&q=vannerie&p=1&lang=fr Nouveau manuel complet de la fabrication de la vannerie, cannage et paillage des sièges / par M. Audiger... -L. Mulo (Paris)-1912  Identifiant : ark:/12148/bpt6k2047223 Source : Bibliothèque nationale de France

Porte-bûches La réalisation de ce modèle commence par la confection du fond. Comme la plupart des fonds en plein rectangulaires, celui-ci doit être tressé dans un blot permettant d'immobiliser les enfonçures et les rives pendant toute la durée du tressage et de maintenir l'écartement. Disposez-les le plus verticalement possible dans le blot en tenant compte de la largeur du porte-bûches (350 mm) et de sa longueur (520 mm). Choisissez pour cela 4 échancrures de même diamètre et 2 rives (enfonçures latérales) d'un diamètre supérieur. Ménagez, pour ces deux dernières, une légère dépression dans les deux mâchoires en bois. De cette façon, vous rétablissez en épaisseur le positionnement de toutes les enfonçures. Adjoignez-leur un petit paquet d'osier pour les amortir. Si les encoches sont bien faites, chaque enfonçure doit pouvoir tenir sans problème en étant parfaitement immobilisée. Rappelons que leur écartement doit être le même. Pour confectionner la clôture à lierre, servez-vous d'un brin assez long. Placez-le devant la rive droite et entrelacez dans les enfonçures en le faisant passer derrière la suivante et devant celle d'après. Arrivé au bord opposé, tournez-le autour de la rive gauche et recommencez l'entrelacement dans le sens inverse jusqu'à la terminaison du 1er brin. Reprenez un second brin, par le pied si vous avez fini par un pied et par la cime si vous avez terminé par une cime. Poursuivez le tressage en répétant ces gestes jusqu'à ce que le rempli atteigne l'extrémité supérieure des enfonçures. Maintenez dans la mesure du possible des écartements constants. Aussi, à chaque contournement des rives, le pouce de la main libre doit exercer une pression opposée à celle exercée par la main opérationnelle qui tire le brin très fort pour le ramener vers le fond. Changez de main à chaque changement- de sens. Si vous désirez masquer complètement les rives, pratiquez de temps en temps des tours « pour rien» et frappez avec une batte les osiers de clôture pour resserrer le tressage. Sortez à présent votre pièce du blot et finissez les bords par un tour de super (chaque entrelacs passant devant un montant et derrière le suivant et sur le brin précédent), destiné à maintenir la clôture en longueur. Rajoutez un brin d'osier, fendu dans sa longueur, dont vous biseautez et pliez les extrémités de telle façon que vous puissiez les rentrer dans le logement des enfonçures latérales.

Cette opération a pour but de stabiliser la clôture en largeur; n'oubliez pas de retailler tous les brins « sortants » qui, en principe, doivent se situer sur un même côté si vous avez pris soin de commencer et finir l'entrelacement de chaque brin du côté extérieur. L'étape suivante se rapporte à l'ourdissage des montants préalablement biseautés. Pour cela, placez le fond devant vous et verticalement, enfoncez le premier montant par le pied dans la partie postérieure du fond, ceci à l'extrémité droite du bord, juste derrière la rive, et rabattez la petite longueur autour du montant vers la gauche, longitudinale­ment. Piquez ensuite le 2e montant, environ 50 mm vers la gauche, tournez et rabattez-le de la même façon en pressant sur le bout précédent. Procédez ainsi avec tous les montants du porte-bûches placés à la périphérie du fond, les montants des petits bouts étant piqués dans la clôture et rabattus devant le bord. Pour terminer la pose des montants, placez le rabat du dernier montant dans la boucle du premier montant ourdi et clouez aux quatre coins du fond un bâton droit de 20 à 25 mm de diamètre et de 350 mm de hauteur. Redressez votre pièce tressée, posez-la à plat sur la sellette et mettez un poids dessus.

Commencez une torche en plaçant 4 brins derrière les 4 premiers montants des grands bords. Entrelacez-les très fermement vers la droite en passant le le" brin derrière le 2e montant, devant le 3e et le 4e montant, puis sur les 2e et 3e brins suivants. Effectuez deux départs analogues sur les deux grands côtés. Poursuivez de cette manière afin de réaliser plusieurs cordons périphériques indispensables à la solidité de l'ouvrage (4 à 5 tours).

Au dernier tour, servez-vous des derniers brins de torche pour commencer une bordure. Continuez cette bordure avec les montants des deux petits côtés du porte-bûches pour terminer de nouveau par une torche sur les grands côtés. Les deux clôtures latérales sont similaires. Employez la même méthode que le fond, clôture à 1 brin dite « à herre ». N'oubliez pas d'entourer les ronds de coins de tours supplémentaires. Commencez et finissez l'entrelacement des brins du côté intérieur pour un meilleur aspect. Arrêter le tressage un peu avant le haut des ronds de bois afin de pouvoir exécuter la bordure supérieure en passant les brins derrière 2 montants et devant les 2 suivants.

Terminez chaque clôture par une bordure de ce type.

 Placez enfin l'élément central de l'anse (10 mm de diamètre) que vous avez préalablement biseauté, dans un logement ménagé au poinçon au milieu des deux bordures. On conseille pour le brin central de l'anse une rigidité supérieure à l'osier. Piquez 4 brins dans les mêmes logements que le brin central, assouplissez-les et enroulez-les les uns dans les autres autour du brin central. A suivre la corbeille à pain et le panier

PJM

Le Castor

Partager cet article

Repost 0

commentaires

cistell66 21/05/2011 21:43


Avant de réaliser des paniers en noisetier ,j'ai fait quelques corbeilles en

saule sanguin,saule pleureur à paritir de rejets que trouvais aux bords

des torrents ,je réalisais des paniers qui n'étaient pas très réussis car

je ne possédais pas la technique et les brins de saule n'étaient pas

de taille régulière; mais une certitude est que j'étais pris par le virus

de la vannerie, je n'ai pas de site ,mais je peux vous faire parvenir

des photos via le web master si ça vous intéresse de les faire paraître

cordialement


Le Castor 29/06/2011 07:10



Bonjour Cistell66


Désolé pour cette réponse tardive...Voici une bien noble activité qui perpétue nos traditions pyrénéennes


Ces photos nous intéressent...


Je vous fournis mon adresse Internet


henrithoa@free.fr....


Avec votre autorisation, nous les ferons paraître


Cordialement,


Le Castor