Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Vèbre Chemins Faisant
  • Vèbre Chemins Faisant
  • : Vie et Mémoire de Vèbre en Ariège, richesse culturelle et patrimoine de ce charmant petit village de la haute Ariège où il fait bon vivre
  • Contact

Recherche

Vèbre - Toutes Vos Infos

18 octobre 2009 7 18 /10 /octobre /2009 23:30
Archives sur le Choléra
D'après une documentation de Wikipedia
 Bactérie Choléra

  

Le choléra est une maladie diarrhéique épidémique, strictement humaine, due à des bactéries appartenant aux sérogroupes O1 et O139 de l'espèce Vibrio cholerae, un bacille isolé en 1883 par Koch en Egypte. Vibrio cholerae sérogroupe O1, biotype El Tor, est répandu sur toute la planète, qui subit actuellement la 7° pandémie de choléra. En 2007, 177 963 cas dont 4031 mortels, ont été déclarés à l'Organisation Mondiale de la Santé par 53 pays, appartenant à tous les continents à l'exception de l'Amérique centrale et de l'Amérique du Sud. L'Afrique est le continent le plus touché au vu du nombre de cas signalés. Le taux global de létalité est de 2,3%, pour l'année 2007, mais a atteint jusqu'à 35% parmi les groupes vulnérables résidant dans des zones à haut risque de choléra. Des chiffres bien en dessous de la réalité en raison de la sous-notification des cas, et des insuffisances des systèmes de surveillance, comme par exemple la définition d'un cas de choléra qui n'est pas la même partout et l'absence d'une terminologie normalisée. C'est ainsi que, uniquement au Bangladesh, le nombre estimé de cas de choléra survenant chaque année est compris entre 100 000 et 600 000.
Epidémiologie

Le choléra est resté confiné au sous-continent indien jusqu’en 1817. Cette date marque le début de la première pandémie cholérique qui a envahi l’Asie, le Moyen-Orient, et une partie de l’Afrique. D’autres pandémies se sont succédées, ayant toutes l’Asie comme point de départ, atteignant tous les continents et progressant de plus en plus rapidement avec l’amélioration des moyens de transport. Nous sommes actuellement dans la 7° pandémie qui, partie de l’Indonésie en 1961, a envahi l’Asie (1962), puis le Moyen-Orient et une partie de l’Europe (1965), et s’est ensuite étendue en 1970 au continent africain, et en 1991 à l’Amérique Latine.
C’est en Afrique que la situation est la plus préoccupante actuellement. Les conflits et les mouvements de masse de réfugiés favorisent les épidémies : on estime que le choléra aurait tué 23 800 personnes en quelques semaines dans les camps de réfugiés rwandais installés en juillet 1994 à Goma au Congo. Quatre ans plus tard, près de 13 500 cas de choléra et près de 800 morts ont été déclarés à l’OMS dans la République Démocratique du Congo entre janvier et mai 1998. Dans cette même période, 20 000 cas et 1000 morts ont été signalés en Ouganda. Nombre de pays sont touchés régulièrement par des flambées dévastatrices de cette maladie, comme actuellement le Zimbabwe.
Jusqu’en 1992,
Vibrio cholerae O1 était le seul agent connu du choléra. Cette année-là, une souche, appartenant à un nouveau sérogroupe - O139 - est apparue en Inde et au Bangladesh. Ce vibrion est aujourd’hui responsable d’épidémies dans plusieurs pays d’Asie et pourrait être à l’origine d’une huitième pandémie cholérique.
Transmission
Le vibrion cholérique est une bactérie très mobile, aux exigences nutritionnelles modestes, dont l’homme est le principal réservoir. La maladie résulte de l’absorption par la bouche d’eau ou d’aliments contaminés. Une fois dans l’intestin, les vibrions sécrètent notamment la toxine cholérique, principale responsable de l’importante déshydratation qui caractérise l’infection : les pertes d’eau et d’électrolytes peuvent atteindre 15 litres par jour. L’homme joue à la fois le rôle de milieu de culture et de moyen de transport pour le vibrion cholérique. Les selles diarrhéiques libérées en grande quantité sont responsables de la propagation des bacilles dans l’environnement et de la transmission oro-fécale. De plus, la période d’incubation favorise le transport des vibrions sur de plus ou moins longues distances.
Les principaux facteurs favorisants la transmission de l’infection sont le niveau socio-économique et les conditions de vies des populations. Les fortes concentrations de population associées à une hygiène défectueuse jouent un rôle important dans l’apparition et le développement d’une épidémie de choléra.
Symptômes et traitement
L’incubation - de quelques heures à quelques jours - est suivie de violentes diarrhées et de vomissements, sans fièvre. En l’absence de traitement, la mort survient en 1 à 3 jours, par collapsus cardio-vasculaire dans 25 à 50% des cas. La mortalité est plus élevée chez les enfants, les personnes âgées et chez les individus fragilisés.
Le traitement consiste essentiellement à compenser les pertes digestives d’eau et d’électrolytes. La réhydratation est assurée par voie orale ou par voie intraveineuse, selon le degré de déshydratation. L’amélioration est perceptible au bout de quelques heures et la guérison, sans séquelle, est obtenue en quelques jours.
L’antibiothérapie peut être utile dans les cas graves, mais l’émergence de souches de vibrions cholériques multirésistantes aux antibiotiques en limite l’indication.
Les mesures d’hygiène générale sont essentielles dans la lutte contre le choléra, impliquant une véritable mobilisation sanitaire en cas d’épidémie, et un développement de l’éducation sanitaire dans les pays où le choléra sévit régulièrement. Mais il est prévisible que cette élévation du niveau d’hygiène ne sera pas réalisée avant plusieurs décennies dans les pays atteints par le choléra. Il est donc absolument nécessaire de disposer d’un vaccin efficace, sans danger et offrant une protection durable.
Vaccination
L’ancien vaccin, à base de germes entiers tués administrés par voie sous-cutanée, a été retiré du marché au début des années 90 en raison de son efficacité insuffisante (protection de 50% des sujets pendant environ six mois). Un premier vaccin oral constitué de bactéries tuées et de la sous-unité B de la toxine cholérique a fait l’objet de vastes essais cliniques au Bangladesh entre 1985 et 1989 (60 000 personnes) et au Pérou : la protection obtenue a été de 85% les 6 premiers mois mais de 51% seulement au bout de 3 ans. De plus, ce vaccin s’est montré beaucoup moins efficace chez les enfants de moins de 5 ans. Il ne peut donc pas être utilisé en mesure générale de santé publique mais en revanche, selon l’OMS, " doit être pris en considération parmi les moyens destinés à prévenir le choléra dans les populations considérées à risque d’épidémie dans les 6 mois à venir ". Ce vaccin a été présélectionné par l’OMS et utilisé avec le soutien de cette organisation pour plusieurs campagnes de vaccination de masse. C’est le seul vaccin anticholérique oral actuellement disponible sur le marché international. Il a reçu une Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) européenne, mais n’est pas disponible en France à ce jour. Selon l’avis du conseil supérieur d’hygiène publique de France, ce vaccin ne doit pas être recommandé habituellement chez les voyageurs, pour qui la première prévention contre le choléra demeure le respect des mesures d’hygiène.
Une variante de ce vaccin, ne contenant pas la sous unité B de la toxine cholérique, a montré, lors d’un essai clinique réalisé en 1992-1993, une efficacité de 66% à 8 mois dans toutes les classes d’âge. Ce vaccin n’est actuellement fabriqué et homologué qu’au Viet Nam. 
Un autre vaccin oral, à base de souches vivantes de virulence atténuée (dont une partie des gènes codant pour la toxine cholérique a été supprimée) avait fait la preuve de son efficacité chez des volontaires Nord Américains éprouvés avec une souche virulente. Mais lors d’un essai clinique réalisé sur plus de 60 000 personnes en Indonésie, dans un contexte de faible incidence du choléra, il n’y a pas eu de protection significative. Ce vaccin, qui est le seul vaccin anticholérique vivant atténué, administrable en monodose, à être homologué, n’est plus commercialisé. Il présente par ailleurs un risque de réversion vers la virulence de la souche vaccinale par échange horizontal de matériel génétique avec des souches sauvages virulentes.
L’OMS considère l’utilisation des vaccins anticholériques oraux comme outils de santé publique potentiellement utiles en complément des mesures de prévention classiques. Il est cependant important de souligner qu’il n’existe pas aujourd’hui de vaccin induisant une protection à long terme contre le choléra, et il est de plus important de noter que les vaccins existants ne protègent que contre
Vibrio cholerae O1, et non contre Vibrio cholerae O139. La menace que représente aujourd’hui le choléra, les difficultés de mise en œuvre.
Les principales épidémies (Source  Wikipedia )
Principales épidémies La première description historique par un Européen est faite en 1503 par un officier de Vasco de Gama, qui décrit une épidémie de diarrhées cataclysmiques rapidement mortelles (en 8 heures) et provoquant 20 000 morts à Calicut (Inde).
Limitées initialement à l'Asie (Inde, Chine et Indonésie), les épidémies se développent au
 XIXe siècle en véritables pandémies qui atteignent le Moyen-Orient, l'Europe et les Amériques.
Anciennement
trousse-galant nom familier vieilli de choléra (qui enlevait le galant : le jeune homme).
Sept pandémies sont recensées :
1re pandémie (1817-1825) : partie de l'Asie elle touche l'Afrique orientale et à partir de 1823 l'Asie Mineure et dans la foulée, la Russie, et l'Europe.
2e pandémie (1826-1841) : l'épidémie se propage à partir de la Mecque vers l'Égypte puis l'Europe et Vèbre en particulier.
3e pandémie (1846-1861) : l'épidémie partie de la Chine touche le Maghreb (en particulier l'Algérie) puis l'Europe.
4e pandémie (1863-1876) : elle touche l'Europe du Nord, la Belgique en 1866, puis la France, l'Afrique du Nord et l'Amérique du Sud.
5e pandémie (1883-1896) : l'épidémie diffuse à partir de l'Inde vers l'est et l'ouest sur plusieurs continents.
6e pandémie (1899-1923) : à partir de l'Asie, l'épidémie se répand en Russie et de là en Europe centrale et occidentale.
7e pandémie (depuis 1961) : la 7e pandémie, partie de l'Indonésie en 1961, envahit l'Asie (1962), puis le Moyen-Orient et une partie de l'Europe (1965), et s'étend ensuite en 1970 au continent africain, et en 1991 à l'Amérique latine. C'est en Afrique, où le choléra sévit désormais de façon endémique, que la situation est la plus préoccupante aujourd'hui. Une épidémie s'est aussi déclarée à Kaboul après l'occupation américaine de l'Afghanistan; plus de 2 000 cas étaient recensés dans la capitale afghane en juin 2005.
Reherches Jean-Michel Poncy
Le Castor

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Castor - dans 5 Archives du village
commenter cet article

commentaires