Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Vèbre Chemins Faisant
  • Vèbre Chemins Faisant
  • : Vie et Mémoire de Vèbre en Ariège, richesse culturelle et patrimoine de ce charmant petit village de la haute Ariège où il fait bon vivre
  • Contact

Recherche

Vèbre - Toutes Vos Infos

10 janvier 2009 6 10 /01 /janvier /2009 00:59

Ariège Pyrénées - Vèbre Chemins faisant  
La Guerre et ses conséquences 
Correspondances de Poilus

La première guerre mondiale a généré un nombre assez conséquent de lettres et de correspondance en tous genres.
La  semaine Catholique de l’Ariège a consacré de longs extraits relatifs à ces « Poilus » ariégeois.
Les personnes désireuses d’en prendre connaissance les trouveront en archives

En ce qui concerne Vèbre, on évoquera la lettre de Jean Baptiste Rauzy plaidoyer émouvant en hommage aux poilus et plaidoyer émouvant contre toutes les guerres
Publications sur Vèbre 25 février 1915
Vèbre. - Prières pour nos soldats et pour la Paix
Vèbre a consacré à nos « Poilus » plus que la journée fixée par le Souverain Pontife.
Pendant quinze jours, sous la direction de M. l'abbé Ruffié, missionnaire diocésain, elles ont amené à l'église la paroisse tout entière. II est difficile de fixer gardes chiffres le succès de cette retraite ; cependant, même en matière si sainte, l'éloquence des chiffres n'est pas chose vaine. Du 11 février au 25, malgré l'absence de 35 mobilisés qui a réduit a 210 le nombre des personnes qui peuvent aller à la "Table Sainte, on a distribué 875 communions. Le jour de la clôture les convives de l'Eucharistie furent au nombre de : 182. Parmi eux et au premier rang - comme il convenait - 54 hommes. C'est donc 1/7seulement de la paroisse qui n'a pas compris l'excellence de la communion en des circonstances si tragiques. II va sans dire que la fraction de ceux qui n'ont pas prié du tout est quasi-insignifiante.
Tout cela à M. l'abbé Ruffié.
La Croix de L’Ariège  N° 8 du 11 mars 1915
Et n’oublions pas .
Lorsque les habitants du village ou d’une ferme isolée, comme le décrit Jean Gionaux  dans Le grand troupeau, voyaient le maire arriver au loin et remonter la pente avec un gendarme, ou seul, ils espéraient jusqu’au dernier moment qu’il se dirigerait ailleurs que chez eux, car il venait annoncer la mort d’un père d’un mari ou d’un fils.
Nous pensons que ces lettres qui accompagnent les photo prises après les batailles et celles des ruines permettront de se souvenir de ce qu’ont vécu nos grands parents et arrières grands parents pendant la guerre de 1914 1918.
Source jean Michel Poncy
Le Castor

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Henri Thoa 10/11/2009 20:47


Très interessant ...
Cela donne envie d'en savoir plus
Félicitation au Castor pour ce blog plein de promesses
Cordialement,
Henri Thoa


Le Castor 17/11/2009 20:14


Ce blog est en devenir et plein de promesses
Cordialement
Le Pèlerin