Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Vèbre Chemins Faisant
  • Vèbre Chemins Faisant
  • : Vie et Mémoire de Vèbre en Ariège, richesse culturelle et patrimoine de ce charmant petit village de la haute Ariège où il fait bon vivre
  • Contact

Recherche

Vèbre - Toutes Vos Infos

16 juin 2009 2 16 /06 /juin /2009 00:52

5.1.3. Le Dépiquage à la batteuse

 

 

 

photographies   ci dessous ont été faites par nos soins lors du dépiquage du blé organisé sur la place des Cabannes cet été.  Ce fut une excellente initiative et une bonne reconstitution du battage du blé.
Batteuse et Tarare


Ci-dessous Gerbes de blé et détail montrant la lie















L'équipe de la batteuse
Le tablier est approvisioné en gerbes.










Les gerbes sont déliées

Le batteur  étale les épis sur la table avant de les enfourner. Il les manipule par le bas de la tige pour ne pas se faire haper les main .Le tambour n'est pas protègé .
















L'équipe devant la bateuse fait courir la paille sur les bourasses au nombre de trois ,les grains restent sur celles-ci.



Ci-dessus Le Vannage
Ci dessous Le contenu des bourasses est transféré dans la trémie du tarare















Ci-dessous le vanneur tourne la manivelle qui actionne un ventilateur avec des pales en bois et inpulse un mouvement la téral alternatif aux tamis














Ci contre, les bales sont expulsées à l'arrière et le grain glisse à l'avant.
Les grains étaient le plus souvent ensachés et conservés au grenier. Les fermes plus grandes implantées au milieu des terres avaient elles la place suffisante pour les grains dans des remises au niveau du sol il fallait éviter l'humidité.
Les balles d'avoie étaient souvent utilisées pour faire des paillasses.
Le paillet

ci-vcontre - La fourche est enfoncée vivement dans le tas de paille et ensuite levée au dessus de la tête. Puis elle est acheminée jusqu'au paillet ou dans la grange. Il fallait souvent gravir une échelle parfois longue avec la paille au bout de la fourche..
Les enfants souvent  la tassaient dans la grange après quelle eut été éparpillée.
La meule est constituée en tassant la paille  autour d'un mat appelé "estibet ".  Elle se termine en pointe pour éviter les infiltration d'eau.
La paille de séigle, qui est plus longue,  servait à la confection des paillassons (moules pour la pate à pain) et  dans ce cas elle s'utilisait non écrasée.
Elle était aussi utilisée pour la couverture des chaumières.

Ci-contre, les balais sont fabriqués avec des branches de bouleau ligaturées avec de l'écorce de noisetier,ou plus simplement du fil de fer













Source jean Michel Poncy
Castor

Partager cet article

Repost 0

commentaires